AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Look into my eyes, damn ! |Tristan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



WELCOME TO THE HELL
Joshua A. Lawson

MESSAGES : 168
ARRIVÉ : 09/10/2015


MessageSujet: Look into my eyes, damn ! |Tristan Sam 19 Déc 2015 - 18:37

Look into my eyes, damn!


 
feat | Joshua & Tristan

Cette soirée, je m'en rappellerais sans doute encore longtemps. Je ne pensais pas qu'une chose pareille serait possible et plus je pensais à cela, plus cela me donnais les frissons dans le dos. De dégoût ? De surprise ? De honte ? D'envie ? Franchement, plus de honte. J'avais honte de ce que j'avais fais, car c'était clairement moi qui avait lancé ça, je t'avais ré-embrassé alors que tu m'avais clairement dis être amoureux de moi. J'aurais du, pour mon bien comme pour le tien, pas aller plus loin. J'avais fait mon connard en me laissant aller par mes envies et mes émotions sur l'instant et on avait fait ça comme ça. Cela avait été très intense, très surprenant mais surtout très bon, je ne mentirais pas sur ce fait...Je pensais pas que coucher avec un mec pouvait être aussi bon. Mais j'avais honte car j'étais sensé être homophobe. L'apocalypse, c'était une raison mais pas entièrement, fallait que j'arrête de me voiler la face. Et à chaque fois que je te regardais maintenant, je me sentais assez coupable bien que je ne montrais rien. J'étais le mec qui passait pour insensible mais c'est comme ça. C'est vrai que quand je voyais du coin de l'œil toutes les traces de morsures et de suçon sur ton cou, je n'arrivais juste pas à croire que c'était moi qui avait fait ça, et que c'était toi qui m'avais fais ceux que j'avais sur le cou. Je l'avais de toute manière caché, tout comme toi. Par une écharpe ou un bout de tissus, prétextant les odeurs qui montaient dans ce foutu bunker et des corps pourrissant pas loin. Enfin voilà. Je n'arrivais plus à te parler comme avant sans ressentir une certaine honte. Cela m'emmerdais clairement, car je tenais vraiment à toi, tu étais tout pour moi. Un frère, un meilleur ami...Mais oui, j'étais pas capable du moins je le pensais pour le moment, être plus. Je savais que j'étais mourant, je ne pouvais pas te dire : Ouais, que je t'aimais et que je voulais faire mes derniers moments avec toi. Non, je n'étais pas aussi cruel. Pis ce monde ne pouvait pas offrir de l'amour, pas possible. Du coup je ne préférais réellement pas m'emmerder dans ce genre de chose, cela faisait trop de mal. Pis j'étais juste pas prêt à ce genre de chose. Pis je ne savais pas vraiment ce que tu voulais toi aussi dans tout ça, en m'avouant tes sentiments. Tu t'attendais à quoi ? J'en savais trop rien en fait.

Ma plaie commençait un peu à s'améliorer, grâce à Sarah qui avait trouvé un survivant pour me soigner. Tant mieux. Mais j'étais pas forcément dans mon assiette. Je voyais mon petit pot de médicament pour mon cancer se vider dangereusement, il me restait très peu de pilule et il fallait vraiment que j'en trouve je risquais d'avoir des soucis et ma mort pourrais être plus proche qu'on ne le croyait.ne passe Elle était adorable avec moi, j'appréciais de l'avoir avec nous. Tu n'avais beau pas l'aimé plus que ça mais moi, je n'aimais pas forcément Damon du coup on était assez quitte sur ce coup. Oui, on était tout bonnement ridicule. A faire des trucs comme ça, c'était stupide et enfantin mais bon. Comme si on cherchait à rendre l'autre jaloux, c'était stupide.

Nous avions donc pris le maximum du bunker, j'avais pu trouver une atèle pour ma jambe et des pansements ce qui était mieux. Nous étions donc partis de bon matin, il faisait plus frais ce jour. Cela faisait du bien.
On reprit la direction de la rivière car fallait qu'on reprenne de l'eau avant de repartir, sans trop savoir ou aller. Sarah essayait de nous rapprocher d'une grande ville pour trouver des médoc pour moi. Elle n'avait pas tort, c'était sans doute le seul moyen d'en trouver car c'était assez dur d'en avoir. Nous nous étions pas décrochés un mot depuis la fameuse soirée passé ensemble. C'était ridicule, vraiment. Mais je n'arrivais pas à dire quoique ce soit, j'avais rien à dire en fait. Pis tu fuyais mes regards et je faisais pas mieux aussi. Fallait qu'un jour on parle et alors que tu t'étais un peu éloigné du groupe, une fois arrivé à la rivière, je finis par te rejoindre, restant un peu à distance quand même :

« Bon, tu vas m'ignorer encore longtemps ou faut que j'claque pour que tu ouvres enfin ta bouche ? » Grommelais-je légèrement en croisant les bras tout en attendant à ce que tu daignes enfin à te tourner et me parler.
to follow...

fiche by mad shout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Tristan Larkin

MESSAGES : 80
ARRIVÉ : 20/11/2015
LIEU : En ce moment, Atlanta.



MessageSujet: Re: Look into my eyes, damn ! |Tristan Dim 20 Déc 2015 - 10:02

Look into my eyes


“Mais l'amour, pour des raisons qui nous échappent,
n'est pas fait que de paix et de tranquillité.”



Comment je pouvais revenir en arrière ? Enfin, si je le pouvais est ce que je reviendrai en arrière ? Afin d’éviter ce qui s’était passé entre nous, cette nuit-là. Bonne question. Hélas, je n’en savais vraiment rien, mais dans le fond si j’étais capable de remonter le temps, je serai revenu au moment où je t’avais rencontré. Oui, comme cela, j’aurai pris un autre chemin, mais ma vie, comment serait-elle si je ne t'avais pas aidé et suivi ? Aucune idée, je ne peux que l’imaginer et à force c’est pénible. Est-ce que je voulais vraiment me prendre la tête avec toutes ces questions ? Non, je ne voulais pas y penser en permanence, mais c’était plus fort que moi, j’y pensais tout le temps. Depuis ce fameux soir. Tout ce que je savais, c’est que je me sentais un peu mieux, après avoir dit mes sentiments pour toi, mais parfois c’était vraiment difficile à gérer à longueur de journée. Le mieux était de t’éviter, pour mon propre bien avant tout de chose. Réussissant à cacher les marques de cette nuit aux yeux des autres, qui étaient toujours visibles et des teintes différentes et changeantes, au fil du temps. Même si je t’évitais, je t’observais dans l’ombre sans que tu ne le remarques, je faisais en sorte que tu ne le vois pas. Tout en sachant que tu manquais de médicaments pour ton traitement, contre ton cancer. Je savais le « roulement » de tes prises de médicaments. Tu allais finir par en manquer et comme si je ne pouvais pas m’en empêcher, il fallait que je fasse quelque chose pour toi. Je mettais promener dans cette ville abandonnée, sans vraiment dire aux autres où je me rendais. Oui, j’avais quitté le bunker pendant de très longue heure, ne revenant qu’au lever du jour, sans faire le moindre bruit. Une nuit quasiment entière faut croire. Par chance, j’avais trouvé une vieille pharmacie, totalement en ruine, le toit était près de s’effondrer à tout moment. M’y étant même engouffré, alors que je risquais d’y rester. Insouciant ? Peut-être. Tu avais Sarah pour s’occuper de « toi », mais je ne voulais pas non plus ne rien faire. Je ne voulais pas me sentir impuissant. Tout en sachant que je pouvais « encore » t’aider, malgré « cela ».  Une chance que je ne croise pas des morts-vivants sur mon chemin. Tout en me souvenant d’avoir fouillé tous les placards de la pharmacie, qui étaient plus ou moins rempli. Encore « heureux » que je sache, quel « type » de cancer, tu avais, comme cela, j’allais prendre ce dont tu avais vraiment de besoin. Tout en me demandant comment j’avais fait pour ne pas perdre patience, car j’avais mis du temps avant de trouver ce que je cherchais. Tout en prenant les médicaments pour la douleur, même des médicaments pour les crises d’angoisse, car cette « merde » était revenue. Dans le fond, je ne pouvais pas t’en faire le reproche, c’était moi après tout, qui ne tournait pas rond depuis quelque temps. Tout en les mettant dans mes poches. Comme si le destin devait « s’acharner » sur moi, pour tout le temps me rappeler cette nuit. Je tombe sur une rangée de contraceptif, préservatif et de lubrifiant. Souriant amèrement, tout en grinçant des dents. Ça en était presque drôle.Tout en ne pouvant pas m’empêcher de sentir un frisson me parcourir. –« Merde … »-. Tout en renfermant le tiroir brusquement, balayant mes cheveux en arrière. Tout en m’apprêtant à sortir de la pharmacie. Tout en me mordant nerveusement la lèvre, je mets quelques minutes avant de décider de rouvrir et de prendre quelques « bricoles » qui se trouvaient dans le tiroir. Lubrifiant et même des contraceptifs, oui je pense même à Sarah, il faut le faire quand même. Ça ne tourne pas rond dans ma tête. Plusieurs planches de bois tombent derrière moi et la pièce ou je me trouvais était envahi de poussières. S’il n’avait pas été si « tard », si le jour avait mis un peu plus de temps avant de se lever,  je me serai dirigé vers la rivière. Une sacrée aventure quand même

Le lendemain, nous reprenions la route pour de « nouvelles » aventures. Souriant narquoisement, parce qu’il n’y avait rien de drôle dans tout cela, mais bon valait mieux que je le prenne comme cela, plutôt qu’autrement. Tout en t’observant un peu dans l’ombre, je touche les boîtes de médicaments qui se trouvent dans mes poches, je devrais trouver un moyen de te les donner. Sans avoir, à aller à ta rencontre. Je savais que je n’étais pas encore près pour t’affronter à nouveau en face. Peut-être que je ne serai sans doute jamais. Que le plus facile était de t’ignorer jusqu’à ce que la mort m’éloigne à jamais de toi. Bizarrement, je n’arrivais pas à l’accepter. Même si j’étais bien avec Damon, heureusement qu’il était là, même si ce n’était pas vraiment la même « chose ». Tu traînais avec Sarah, c’était étrange, car même si je sentais de la jalousie, je me sentais surtout impuissant et démuni. Comme si je n’avais plus rien à espérer ou à attendre de toi. En fait, je me faisais à l’idée maintenant, que tu ne m’aimais pas et je savais que je ne chercherai sans doute pas à être aussi « insistant ». C’est comme si l’espoir s’estompait un peu, avant de finir par disparaître sans doute. Comment est-ce que je m’étais retrouvé devant cette rivière ? Maintenant, j’avançais sans m’en rendre compte, être totalement dans ses pensées ce n’est pas l’idéal. Bon comme j’y étais, je n’allais pas partir et j’allais prendre le temps de me laver un peu, je ne supportais plus cette poussière qui s’était collée sur ma peau. Tout en retirant mon pull et mon t-shirt, grimaçant un peu en remarquant la coupure que j’avais sur mon bras droit. Une de ces foutues planches avait dû me faire cela, sans que je ne m’en rende compte. Tout en mettant une bonne quantité d’eau avec l’aide de ma main sur ma blessure, tout en retirant mes chaussures et mes chaussettes que je balance un peu plus loin. –« Fait chier … »-. Trempant mes pieds dans l’eau, tout en me concentrant sur ma blessure. Je n’ai même pas remarqué, que je n’étais plus tout seul. Sursautant de surprise, tout en me tournant vers la voix et je tombe sur toi. Ton regard se plonge dans le mien et je dévie mon regard au bout de quelques secondes. Grognant un peu, tout en me montrant le moins sociable et sympathique possible. –« Laisse-moi tranquille Joshua. »-. Tout en te tournant le dos, tu parles encore de ton cancer et je ricane un peu, tout en laissant un sourire espiègle se dessinait sur mes lèvres, déviant mon visage sur le côté, pour t’observer du coin de l’oeil. –« Ce n’est pas maintenant que tu vas claquer … alors retourne avec les autres. D’accord ? »-. Tout en mouillant mon visage abondamment, même ma nuque pour me rafraîchir, j’en frisonne un peu, car l’eau n’est pas très chaude, il faut dire.  Tout en espérant que tu vas partir et me laisser tranquille, comme c’était le cas depuis de nombreux jours.


© Starseed

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minadoria.tumblr.com/



WELCOME TO THE HELL
Joshua A. Lawson

MESSAGES : 168
ARRIVÉ : 09/10/2015


MessageSujet: Re: Look into my eyes, damn ! |Tristan Dim 20 Déc 2015 - 14:25

Look into my eyes, damn!


 
feat | Joshua & Tristan

Toute cette histoire me faisais profondément chier, je ne nierais pas le contraire sur ce coup. Je m'en voulais peut-être, d'avoir trop accentué ce léger détail qui maintenant était carrément devenu un problème. Dans le fond, je ne comprenais pas pourquoi c'est toi qui me parlais plus vraiment. T'avais honte ? C'était toi pourtant qui avait été pour ce genre d'action aussi, tu étais sensé être le moins complexé de ce qui c'était passé et j'avais l'impression que c'était tout l'inverse. Moi, j'étais surtout dégoûté de ma façon de faire, d'avoir fait plutôt. Je ne pensais pas que j'pourrais autant prendre mon pied pour une action aussi....dégoûtante de base à mes yeux. Mais j'avais pas trouvé ça dégoûtant quand on c'était envoyé en l'air, tous les deux. Cela avait été très plaisant et franchement, recommencé c'était pas du tout une envie qui manquait. Mais justement, c'est cette façon de penser qui me faisais super peur là. Je n'arrivais pas à croire que je pouvais penser à recommencer, à te vouloir toi, dans mes bras en plus que pote. Non, je ne pouvais pas. Déjà car c'était cruel et que je m'étais un peu juré de ne jamais être avec quelqu'un, pour lui faire du mal à ma mort. Même si c'était l'apocalypse, je ne pouvais pas faire du mal à quelqu'un comme ça. J'étais peut-être un gros égoïste de base mais sur ça, non. J'avais trop vu de chose dans ma vie, à force d'être allé à droite et à gauche dans ce monde, que je ne voulais pas avoir ce genre de vie, une vie avec un condamné était cruelle. Oui, fallait vivre au mieux jusqu'au bout mais je préférais encore sortir avec une condamnée qu'un mec qui avait toute la vie devant lui, malgré ce virus zombie.

« … Sérieux mais c'est quoi le problème ? T'as honte maintenant ? C'est plutôt à moi d'être honteux alors inverse pas les rôles. Et si j'ai envie d'être ici, je reste ici. T'as pas à me commander. »
Lâchais-je d'un ton un peu ferme, mais agacé. Oui pis quoi encore, t'étais pas ma mère pour me dire de foutre le camp. Pis si je venais c'était pas pour repartir sans avoir un minimum d'explication. Je t'observe donc te rafraîchir, voyant que tu t'étais blessé, sans doute. Je me perds un peu dans la contemplation de ton corps, sans arrière-pensée avant de relever le menton et de lancer après tes paroles :
« Ça ne va pas tarder, j'ai plus de médocs, j'commence à avoir mal. Pis je le sens. De toute façon, ce n'est pas comme si c'était ton problème mais bref. J'suis pas là pour parler de ça. Je veux que tu me dises ce qui ne va pas. Si tu ne veux pas me le dire y'a plus rien à dire alors, et ce qui est simple c'est que toi tu partes de ton côté et moi du mien. Car j'veux pas rester dans ce genre de situation encore longtemps.Donc soit tu l'ouvres une bonne fois pour toute, tu m'dis ce que tu as à dire même si ça me fais chier ce que je vais entendre sans doute, mais je préfère qu'on mette au clair. » Dis-je en jouant nerveusement avec mes doigts, m'étant assis sur une roche, tout en écartant les jambes, mes coudes se posant sur mes genoux. Je finis par ajouter, en gesticulant un peu :
« J'vais pas dire que je regrette ce qui c'est passé, le pire c'est que c'était super bien. Mais voilà, j'suis pas à la base attirée par les mecs, j'sais pas ce qui m'a pris. J'vais pas te mentir, je t'aime vraiment beaucoup, sinon je serais déjà parti depuis longtemps mais franchement, qu'est-ce que t'attend de moi hein ? »

to follow...

fiche by mad shout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Tristan Larkin

MESSAGES : 80
ARRIVÉ : 20/11/2015
LIEU : En ce moment, Atlanta.



MessageSujet: Re: Look into my eyes, damn ! |Tristan Dim 20 Déc 2015 - 16:04

Look into my eyes


“Mais l'amour, pour des raisons qui nous échappent,
n'est pas fait que de paix et de tranquillité.”



Mon problème ? Comme si je pouvais le savoir, je ne savais pas où j’en étais, ni même ce que tu attendais de moi. Honte ? Oui, sans doute un peu après tout, j’étais quand même gêné, nous l’avions fait. Tu avais couché avec moi, sans que tu n’éprouves le moindre sentiment en mon égard. J’étais perdue. Joshua. Je ne savais pas ce que tu attendais de moi, ni comment je devais réagir en te présence. Où en étions nous, hein? On n’était même pas capable de le savoir. Soupirant fortement, tout en restant dos à toi, je ne m’approche pas de toi et je garde une distance raisonnable, entre ma raison et mon putain coeur. –« Je n’ai jamais dit que j’avais honte, mais apparemment toi tu as honte. Comme ça c’est clair ! »-. D’un ton irrité, tout en gardant mon regard rivé sur l’eau qui coulait dans la rivière. Observant mes pieds que je voyais bouger, sous cette eau claire. Tu voulais rester ? Tu étais libre de faire ce que tu voulais, j’en avais marre de devoir agir comme « une mère » avec toi, à force cela ne pouvait pas durer éternellement. Cela me gonflé, je voulais avant tout être « ton petit ami », pas ta mère Joshua, mais cela t'avait pas l’air de l’avoir enregistré encore. –« Tu fais comme tu veux, je m’en fiche ! Je n’ai pas d’ordre à recevoir de toi non plus. Compris ? »-. Tout en continuant de me rafraîchir un peu, je pense aux médicaments qui sont dans mes poches. Soupirant à nouveau, le temps était assez tranquille aujourd’hui. J’essaie de penser à autre chose, pour ne pas me concentrer sur toi, comme je le faisais toujours. Pour le moment, j’avais plutôt l’air de m’en sortir, même si j’avais l’impression que c’était souvent laborieux dans ma tête. Presque chaotique. Tu commençais à avoir mal et je m’en doutais, depuis quelques jours je sentais que tes douleurs étaient plus vive que d’ordinaire. Je n’étais pas aveugle, tu sais, je te connaissais suffisamment pour savoir comment tu te sentais. Ce qui n’allait pas ? Je n’en savais rien ou alors je savais exactement ce qui n’allait pas, mais j’avoue que je n’avais pas le courage d’en parler. –« J’en ai marre Joshua. De toujours devoir me justifier. Pourquoi tu me fais ça ? Tu sais très bien ce que je ressens et tu m’embrouilles l’esprit, sous prétexte que tu ne sais rien.  Tu plaisantes ? C’est une farce, où est la caméra cachée ? J’en ai marre de jouer ! Tu commences sérieusement à me gonfler, à me prendre pour un con et à me traiter comme un pestiféré. Vu que j’ai l’air d’en être un à tes yeux !»-. C’était rare quand je m’énervais, mais là je commençais à en avoir marre de devoir tout le temps me justifier, merde les sentiments, ce n’est pas quelque chose que l'on doit justifier à chaque fois, bordel. –« Tu n’as qu’à partir si tu y tiens tellement. Ne me fait pas porter le chapeau ! Si tu veux que l'on se sépare dit le clairement et là, je partirais vraiment avec Damon et toi avec Sarah. Comme ça tout rentrera dans l’ordre ! C’est la fin que tu veux, non ? Alors arrête de m’embrouiller et arrête de jouer avec mes sentiments et de me faire croire en de faux espoir, j’en ai vraiment marre. »-. Tout en te regardant par moment, mais pas trop longtemps. Je décide de sortir mes pieds de l’eau, tout en t’observant entrain de t’asseoir sur un rocher. Tu n’avais pas l’intention de partir apparemment. Je m’apprêtais à partir, ne prenant même pas la peine de me rhabiller, j’avais décidé que je le ferai une fois que tu ne seras plus autour de moi et que je serai seul.

Tu ne regrettais pas ? Est-ce que tu jouais à nouveau avec mes sentiments pour mieux les piétiner après ? Tu avais aimé coucher avec moi ? Je ne sais plus comment prendre tout ça. Tu aimais me faire mal, il faut croire. –« Tu as trouvé cela super bien ? Tu te fous encore de moi ? »-. Non, mais sérieusement tu pensais que je pouvais être attiré par d’autre mecs ? Tu me prenais pour quoi ? Tu ne sais pas ce qu’il t’a pris ? Bingo ! Comme quoi tu devrais avoir une médaille d’or pour donner de faux espoir aux gens. –« Tu ne sais pas ce qui t’a pris ? Pourquoi ça ne m’étonne pas de toi ? Tu brises toujours mes espérances, tu aimes cela ? Tu prends ton pied en me faisant souffrir, mec ? Putain, mais tu as juste voulu te libérer à l’intérieur de moi ou quoi ? Tu étais tellement en manque ! N’importe qui aurait pu ouvrir les cuisses, c’est cela, tu l’aurais baisé et cela t’aurait plu ? J’ai aimé ce que tu m’as fait, mais moi j’ai couché avec toi en ayant des sentiments. Tu penses que je pourrais avec Damon ? Jamais ! »-. Tout en hurlant fortement, je commence à sentir la rage qui passe au travers de ma chair.  Je dois me contrôler, mais c’est difficile. –« Maintenant, tu me dis que tu m’aimes bien ? Joshua ce que j’attends de toi ? Bon sang, mais qu’est-ce j’en sais moi ? Bordel ! »-. Tout en laissant mes fringues sur le sol, je dois m’asseoir et je pose mes fesses sur un autre rocher, non loin du tien. Tout en prenant mon visage entre mes mains, mes jambes commencent à bouger nerveusement. –« Pourquoi je dois toujours être … bon sang, Joshua est ce que tu ne pourrais pas au moins ouvrir les yeux une bonne fois pour toutes sur ce que je ressens et sur ce que toi tu ressens pour moi ? »-. Tout en me levant brusquement, fouillant dans mes poches pour sortir deux boîtes de comprimés pour ton cancer. Tout en m’avançant vers toi prudemment, tout en, te tendant les boites devant ton nez. –« Tiens c’est pour toi … au moins, tu ne claqueras pas encore … s’il te plaît, prend les et cela ira mieux. »-. Mes mains tremblent énormément et je me sens exténué, soupirant fortement tout en te regardant. –« Il faudrait juste que tu apprennes à ouvrir ta cœur, rien que pour moi. C’est difficile n’est-ce pas ? Tu m’aimes, mais comme tu vas mourir, tu ne veux même pas penser à la possibilité que tu puisses m’aimer. Joshua. Tu n’as jamais eu d’amour dans ta vie, alors que maintenant cela semble sur le point d’arriver, tu fuis et qu’est-ce que j’y peux moi ? Hein ? Je te renvoie la question, tu attends quoi de moi ? »-. Tout en te fixant, il n’y a pas vraiment la moindre étincelle d’espoir dans mes yeux, je veux seulement que tu prennes ces médicaments, parce que c’est tout ce que tu feras Joshua. –« Allez, je ne vais pas tendre mes bras éternellement, prends cela et laisse-moi, ça voudra mieux. Comme tu peux le voir, je suis … épuisé … et je ne veux pas devoir tout le temps justifier ce que je ressens pour toi. L’amour ce n’est pas un truc que l'on justifie comme cela Joshua, tu es paumé. »-. Tout en te regardant à nouveau, sans pour autant me rapprocher de toi, je garde ma distance, car c’est ce qu’il y a de mieux à faire.

© Starseed

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minadoria.tumblr.com/



WELCOME TO THE HELL
Joshua A. Lawson

MESSAGES : 168
ARRIVÉ : 09/10/2015


MessageSujet: Re: Look into my eyes, damn ! |Tristan Dim 27 Déc 2015 - 18:31

Look into my eyes, damn!


 
feat | Joshua & Tristan

Un soupir s'échappe légèrement d'entre mes lèvres, sur ce coup tu m'avais clairement fermé le bec. Je ne comprenais pas ce qui m'arrivais, je ne comprenais pas ce que je pouvais ressentir et je n'étais pas prêt de le pouvoir. Je ne savais pas quoi penser, je ne savais pas quoi te dire et cela m'embêtais un peu vis-à-vis de toi car tu étais quand même amoureux de moi et je le savais. Je ne pouvais pas nier cette fois les choses, car elle était posé à plat et on avait été trop loin pour ne pas en parler maintenant. Regrettais-je d'avoir été aussi loin ? J'en sais trop rien, pour être honnête. Je regrettais juste que cela avait compliqué notre situation, mais je n'avais pas regretté l'acte en lui-même, très franchement. Je tourne légèrement mon visage vers toi, n'ayant rien répondu de tout le long, j'avais écouté chacune de tes paroles, sans t'interrompre. Je savais qu'il fallait que je réponde à un moment ou a un autre et là, c'était le moment, je crois :
« Écoute, je suis pas ce genre de personne, qui arrive à dire clairement ce genre de choses...Je sais que t'aimerais que je te dise que ouais, j'aimerais être avec toi pour toujours mais dans le fond, c'est pas déjà ce qui se passe ? Pourquoi tu veux forcément que j'avoue des choses dont je ne suis pas certain ? Ce n'est pas logique. Je ne veux juste pas qu'on se prenne la tête, je ne veux pas que notre relation change, que notre amitié s'en aille et avec tout ça, j'ai peur que cela soit le cas. Putain mec, t'es super important, j'ai pas envie qu'on se sépare tous, comme ça parce que je ne fais pas ce que tu aimerais que je fasse. Peut-être que je te dirais clairement les choses, mais pas maintenant... » Dis-je en soupirant légèrement, jouant nerveusement avec mes doigts.
Purée mais c'était pas simple d'avouer des sentiments, déjà que je t'avais dis il y a quelques minutes que je t'adorais, que tu étais super important pour moi. C'était déjà très dur pour moi d'avouer ce genre de choses mais cela ne semblait pas te suffire et me mettais donc un peu mal à l'aise. Je ne voulais pas dire des choses qui étaient fausses, alors autant rien dire :

« Arrête mec. Ne dis pas des conneries comme ça. Si c'était juste une histoire de me vider comme tu dis, j'aurais été voir Damon ou Sarah, enfin peut-être pas Sarah mais quelqu'un d'autre quoi. Et j'aurais sûrement pas été voir un mec, donc je pense que c'est quand même une preuve assez importante que je sois allé vers toi, et pas quelqu'un d'autre. Et crois pas que j'ai fait ça juste pour le faire, ce qui est arrivé est arrivé, point. Je suis paumé et cela changera jamais, mais ce que tu ne veux pas comprendre, c'est que de toute façon j'en ai pour quelques mois, un an ou deux max. Tu veux vivre quoi de bien dans cette apocalypse de merde sérieusement ? Déjà que là, si tu venais à te faire bouffer par un rôdeur ou claquer, j'aurais du mal à m'en remettre mais si en plus tu veux qu'on soit je ne sais quoi, ça sera encore pire. Tu veux souffrir davantage en faite ? Car je pense pas être la bonne personne pour t'offrir du bonheur ou de la joie. »
Oui, j'essayais de justifier bien des choses mais surtout que tu comprennes que pour moi, c'était pas une simple question de sentiments à dévoiler mais que tu allais perdre beaucoup quand j'allais mourir et c'était stupide d'attendre quoique ce soit venant de moi . Je fus tout de même assez surpris de voir la boite de médicaments, fronçant un peu les sourcils, avant de lancer :
« Tu les as depuis quand ? » Dis-je d'un ton légèrement plus sec, prenant mal le fait que tu me les donnes que maintenant. En gros t'avais attendu que je souffre le martyr pour me punir ou quoi ?
« Je ne les prendrais pas. Je les prendrais que si tu arrêtes tout ça, que tu essaies de me comprendre un peu et que tu comprennes surtout que je t'apprécie plus que de raison et que j'veux pas qu'on se quitte comme ça, sur des putains de conneries. Oui, j'ai adoré coucher avec toi, oui si c'était à refaire sans doute que je le referais et que j'ai envie de recommencer et de t'embrasser mais je ne peux pas te dire ces mots que t'a envie d'entendre ok ? J'ai jamais pu le dire à quiconque, même à mes parents, alors fou moi la paix avec ça...Prend ce que je peux te donner même si c'est que de la souffrance ou alors arrête de tirer la gueule et fait ta vie autrement... »

to follow...

fiche by mad shout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Tristan Larkin

MESSAGES : 80
ARRIVÉ : 20/11/2015
LIEU : En ce moment, Atlanta.



MessageSujet: Re: Look into my eyes, damn ! |Tristan Lun 28 Déc 2015 - 14:10

Look into my eyes


“Mais l'amour, pour des raisons qui nous échappent,
n'est pas fait que de paix et de tranquillité.”



Tu tournes ton visage vers moi et cette fois je décide de te regarder. Il y a bien longtemps que je ne t’avais pas regardé comme ça. Une sensation d’éternité me transperça, alors que ça ne faisait qu’à peine quelques jours, que nous nous n’étions pas regarder ainsi. Tout en t'écoutant, je décide de ne pas te couper la parole et je te laisse me parler. Gardant mon regard vers toi. Bizarrement je me sentais un peu plus rassuré et un peu plus confiant. Quand tu me disais que tu n’aurais pas pu coucher avec quelqu’un d’autre que moi et que tu m’avais choisi. Mon cœur se serre quand tu me confirme haut et fort que tu risques de mourir à tout moment. Je le savais, mais c’était toujours douloureux pour moi, à entendre et surtout quand ça venait de toi. Une claque que je me prenais toujours violemment en pleine figure. Tout en te regardant, je ne résiste pas plus longtemps et je m’avance vers toi, tout doucement. –« Je le sais Joshua, que tu risques de mourir à tout moment. Ce que je veux vivre avec toi ? Tout ce que je peux te donner avant que tu me quittes, je le ferai. Est-ce que tu comprends ? Même si tu meurs bien avant moi, je veux tout te donner et rester près de toi. Où est le mal à ça ? Tu ne pourras pas m'en dissuader. »-. Tout en souriant un peu, d’un air légèrement maussade, sans pour autant manquer de chaleur et d’espoir. –« Tu sais très bien qu’il m’en faut plus pour me tuer. Les rôdeurs, je n’en fais qu’une bouchée et tu es bien placé pour le savoir. Tu n’es pas près de me voir disparaître de ta vie, comme ça. Tu vas devoir me supporter jusqu’à ce que tu claques. Ce n’est pas si mal quand même, non ? Tu aurais pu tomber sur une personne bien pire, non ? »-. La souffrance ne me fait pas peur et je ne chercherai même pas à la fuir. Jamais. La ressentir pour toi n’était pas un problème en soi. Parce que tu es important pour moi, je pourrais tout surmonter. Même mourir à ta place, afin que tu puisses vivre librement et sans ton putain de cancer. –« La souffrance ne m’a jamais fait peur et ce n’est pas maintenant que ça changera. Tu en doutes encore ? Tu as toujours été « cette »  personne, capable de me donner du bonheur et de la joie et même ressentir d’autres sentiments moins sympathiques. Toujours, même ton putain d’égoïsme, je prendrai toujours tout de toi. Parce que c’est toi, tu es essentiel à mes yeux. Je ne veux plus chercher à nier, à fuir, ni te laisser me dire que tu ne veux pas de tout ça. Parce que je sais que c'est faux. »-. Tout en restant en face de toi, mains dans les poches, prenant les boites de comprimés que je tends vers toi pour que tu t’en saisisses, rapidement.

Depuis quand ? Grattant un peu ma gorge. Ca faisait à peine quelques heures qu’ils étaient en ma possession. Je ne savais pas s’il était sage de te dire, que j’avais traîné toute la nuit, dehors pour aller t’en chercher. Peut-être qu’il valait mieux que je te le dise, vu le regard que tu me donnais et le son rude de ta voix. Tu devais certainement penser, que je devais les avoir gardés avec moi depuis de nombreux jours. Que je voulais te voir souffrir, je te connaissais suffisamment pour savoir que tu le penserais, mais tu te trompais.

Tu ne voulais pas les prendre ? Est-ce que tu étais vraiment sérieux en me disant ça ? Pourquoi tu agissais comme un enfant de 5 ans ? Bon sang, j’avais tout fait pour que tu n’en manques pas et toi tu n’en voulais pas. Pourquoi est-ce que je te quitterai ? Bon, même si j’avoue qu’après que nous ayons couché ensemble, c’était beaucoup plus maladroit et gênant entre nous. Et alors ? Moi, qui ai toujours pensé que je serai le plus à l’aise de nous deux, par rapport à ça. C’était faux, c’était toi qui avais plus de courage de nous deux. La preuve, tu étais venu me retrouver auprès de cette rivière. Je n’avais même pas été foutu de faire le premier pas, sur ce coup-là. Mon regard se plonge dans le tien et j’observe ton visage avec une grande attention. –« Nous n’allons pas nous quitter, comme ça. Je m’excuse aussi de ne pas être revenu te voir, après que nous ayons couché ensemble. Je me sentais bête et j’avais l’impression de t’avoir forcé à le faire et je ne savais surtout pas comment me comporter après « ça » avec toi. »-. Tu faisais battre mon cœur un peu plus fort, en m’avouant que tu voulais coucher avec moi à nouveau et à m’embrasser, comme cette fameuse nuit. Si tu savais à quel point ça me faisait du bien de t’entendre me dire ces mots. Tout en posant mes mains sur ton visage, laissant la boite de comprimé sur le rocher, pour ne pas la perdre de vue. Parce que là, pour le moment j’avais d’autres priorités en tête. Comme avoir soudainement envie de t’embrasser. Tes lèvres me manquaient. Les jours avaient semblé interminables, parce que tu n'avais pas été près de moi. –« Dieu … j’ai envie de t’embrasser là … maintenant … »-. Tout en serrant un peu plus mes mains sur tes joues légèrement pâles, pour attirer ton visage vers le mien. Mes lèvres se posent sur les tiennes chaudement et possessivement. Tout en fermant mes paupières, noyant l’une de mes mains dans tes cheveux, entremêlant mes doigts dans la couleur corbeau de tes cheveux. Rompant le baiser tout doucement, glissant mes mains sur ton t-shirt, prenant le tissu dans mes mains, jouant avec celui-lui. Tout en te regardant et en te parlant calmement, mais tout doucement. –« Prend les comprimés d’accord. J’ai été les chercher cette nuit pour toi, alors fais en bon usage. »-. Restant près de toi et je te tends la boîte. –« Chasse tout de suite de tes pensées que j’ai tardé à te les donner, parce que je voulais te voir souffrir. Je ne suis pas du tout comme ça et tu le sais. »-. J’avais besoin de me rafraichir et j’avais envie de me baigner un peu dans cette rivière. Tout en posant mon index sous ton menton et mon pouce sur ta lèvre inférieure, que je caresse délicatement. –« Pour le moment je vais te foutre la paix, parce que tu as quand même su me dire ce que tu ressentais. Ne te sens-tu pas plus léger ? Hein, Bébé dis moi?  »-. Tout en souriant un peu. Prononçant le surnom chaudement près de tes lèvres gercées. Observant ton corps avec attention, sans pour autant avoir de vilaines pensées ou alors elles étaient en veille pour le moment. –« Te connaissant tu vas me dire que non … et retourner dans ton expression légèrement foutiste.»-. Ricanant, parce que tout ça m’amusait un peu, penchant mon visage vers le tien, tout en gardant le sourire. –« Tu as envie … de te baigner un peu avec moi ? »-. Tout en regardant ton visage soigneusement, glissant mes bras derrière ta nuque, tout en enchaînant d’un ton quelque peu enfantin. –« S’il te plaît … accepte Joshua. Allez ... »-. Tout en restant comme ça, mes bras pendus à ton cou. Tu n’allais sans doute pas aimer ce geste, je le pensais en tout cas. Je voulais seulement me laver un peu, pour enlever toute cette poussière. Tout en voulant que tu m'y rejoignes et que tu en fasses de même.

© Starseed



Dernière édition par Tristan Larkin le Sam 2 Jan 2016 - 22:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minadoria.tumblr.com/



WELCOME TO THE HELL
Joshua A. Lawson

MESSAGES : 168
ARRIVÉ : 09/10/2015


MessageSujet: Re: Look into my eyes, damn ! |Tristan Sam 2 Jan 2016 - 18:45

Look into my eyes, damn!


 
feat | Joshua & Tristan

Tout se mélangeait dans ma tête, je ne savais pas vraiment quoi dire, quoi penser. Tu voulais que je continue de vivre avec toi à mes côtés, jusqu'à ce que la mort nous sépare. C'était touchant, c'était bien la première fois que j'entendais réellement ça et sans artifice. Mais c'était aussi un peu flippant quand même. Je t'avais quand même un peu ouvert mon cœur et tu avais su dire les bons mots pour que cela soit plus clair, plus limpide entre nous. Ouais, en toute franchise, je ne pensais pas une seule seconde que ça serait moi qui soit capable de faire le premier pas, avec ce qui c'était passé entre nous. Faut croire que j'avais plus de burnes que prévue, ce qui n'était pas trop mal quoi. Ou simplement que j'avais pris un peu la confiance à cause de tout ça... Mouais non, je pencherais carrément plus pour la première solution car j'avais pas du tout confiance avec ce qui se passait.

Mon regard était perdu dans le tien, écoutant attentivement sans forcément que cela se voit, tes paroles. Mon cœur se serre un peu dans ma poitrine, n'étant pas insensible à ce que tu disais. C'était franchement touchant et cela me faisais du bien de me savoir un tant soit peu aimé, pour la première fois. Tu ne voulais pas fuir, même en sachant que j'étais condamné encore plus que toutes les personnes encore saines dans ce monde, c'était très touchant.
« Tu es un peu fou tu le sais ça ? Mais je le savais, en te rencontrant que t'étais pas un type basique sans originalité. Mais jt'aime bien comme ça, sinon je me serais déjà emmerdé depuis longtemps. » Dis-je en laissant un faible et petit sourire se dessiner aux coins de mes lèvres, montrant quand même que j'étais capable de sourire un peu, même si ce n'était pas la grande forme. Fallait de toute manière que j'arrête de me voiler la face, tu étais quand même super important à mes yeux, plus que de raison. Je n'assumais pas encore avoir plus de sentiments qu'une fraternité incroyable envers toi, mais sans doute que cela viendrait petit à petit, car faut dire que si c'était que de la fraternité et de l'amitié, on ne s'embrasserait pas comme ça et on aurait pas couché ensemble comme on avait fait quoi. Rien que d'y penser, j'en avais un frisson qui me crispe l'échine, tout en jouant légèrement avec mes doigts, un fichu tic nerveux. Je finis par sentir tes doigts sur mon visage, me forçant à relever le bout du nez vers toi, voyant que tu t'étais rapproché. Bon au moins tu étais cool à dire que t'aimais tout chez-moi, même mes défauts qui étaient quand même assez...lourd. Je me demandais comment tu faisais toi, comme Sarah, pour autant me supporter des fois.

Je n'eus pas à réfléchir plus que tu déposes tes lèvres sur les miennes. Mon cœur et mon corps se crispent un peu, sous la surprise mais aussi par un drôle de sentiments. Inexplicable pour moi car je ne ressentais en général rien pour ce genre de geste. Je me laisse faire en glissant une de mes mains froides contre ta nuque, répondant timidement à ton baiser, appréciant en silence ce geste loin d'être dégoutant. Je pouffe légèrement, quand je t'entends me parler des médocs, avant de prendre la boite et de sortir une plaquette alors que tu parlais, m'arrêtant cependant dans mes gestes quand j'entend ce surnom, Bébé.
« Quoi ? T'es sérieux là ? » Grognais-je en plissant le front, surpris de t'entendre me surnommer comme ça, c'était trop choquant, mais je voyais que tu te moquais de moi ou du moins tu me taquinais un peu. Je souffle légèrement en faisant la moue, avant de prendre le cachet que j'avale directement, rangeant le tout, avant de te suivre du regard, vers la rivière. Me baigner ? Ouais, je pense que cela pourrait être une bonne idée, vu que j'avais transpiré comme un porc avec la fièvre et la chaleur, c'était pas réellement une mauvaise idée. Je me tourne dans la direction ou étais resté Damon et Sarah, te faisant signe du menton qu'on aille plus loin, j'avais pas trop envie de me mettre devant eux pour me baigner. Pudeur ? Du tout, je préférais être tranquille avec toi et je savais que y'avais un endroit plus sur, plus loin.

« Et bah comme quoi, tu t'es trompé sur ce coup, j'ai besoin d'une baignade, surtout si on doit encore supporter longtemps cette chaleur.. »Grognais-je en venant à poser ma veste sur un rocher une fois arrivé à un endroit plus tranquille, plus ombragé et surtout moins dangereux dans le sens où c'était pas dans des zones trop rocheuses, j'avais pas envie de me casser la figure. Je me dévêtis donc, sans trop me soucier de toi. Tu m'avais vue à poil, tu m'avais fais des choses pas catholiques alors franchement, c'était plus un souci maintenant de me mettre nue devant toi. J'eus un peu de mal quand même à entrer dans l'eau, c'était un peu froid et j'étais un peu frileux mais ça allait encore. Je vais donc dans l'eau qui est assez profonde pour arriver jusqu'à mon ventre, glissant mes mains dans l'eau claire, m'aspergeant le crâne d'eau, laissant l'eau ruisselé sur mon corps un peu mince mais pas si moche que ça, fin je suppose. Je jette alors un œil sur ta personne, te voyant donc faire de même et venir vers moi. Je n'étais même plus gêné de la situation, le médicament m'avais soulagé un peu, j'étais plus détendu.
« Bordel, heureusement que t'a trouvé ces médocs, j'avais mal. »

to follow...

fiche by mad shout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Tristan Larkin

MESSAGES : 80
ARRIVÉ : 20/11/2015
LIEU : En ce moment, Atlanta.



MessageSujet: Re: Look into my eyes, damn ! |Tristan Sam 2 Jan 2016 - 19:47

Look into my eyes


“Mais l'amour, pour des raisons qui nous échappent,
n'est pas fait que de paix et de tranquillité.”



Tu savais que j’étais loin d’être saint d’esprit et que j’étais avant tout fou et que je n’avais pas peur d’affronter les épreuves que je croisais sur mon chemin. Je ne pouvais pas vraiment te voir comme une épreuve dans ma vie, tu étais beaucoup plus important que ça. C’était avant tout les sentiments en ton égard que j’avais eu du mal à accepter et à te révéler au fil du temps. Tu me lances un sourire et je te souris à mon tour, tout en te regardant attentivement. Suite à mes paroles et à mon envie de t’embrasser, je décide de céder et je te donne un baiser. Tout en te sentant crispé pendant quelques secondes, c’est compréhensible, je caresse ta joue pour te rassurer et te détendre. Tu sais très bien que je ne pourrais jamais te forcer à répondre à mon baiser. Que je pourrais le rompre si jamais tu ne le voulais pas. Tes mains se glissent derrière ma nuque et je comprends que tu acceptes et que tu dois apprécier ce baiser, certainement. Tout en continuant à t’embrasser un peu plus tendrement, tout en appréciant le silence qu’il y a autour de nous. Je savais que je pourrais rester comme ça, pendant des heures entières à t’embrasser, mais comme on risquait de se faire prendre. Je décide de rompre notre baiser sans le moindre geste brusque. Tes questions me font rire tout doucement,  je te taquinais un peu, car je voulais te mettre à l’aise pour que nous puissions repartir sur de bonne base tous les deux, mais surtout et avant tout solide. Tu boudes un peu et je ne peux pas empêcher un sourire d’apparaître sur mes lèvres. Tout en me sentant rassuré quand tu acceptes de prendre la boite de comprimé et de prendre une gélule dans ta bouche. Tout en soupirant de soulagement. Tu me demandes de te suivre, tu sembles vouloir t’éloigner de Sarah et de Damon et je n’ai rien contre ça. Bien au contraire, j’ai vraiment envie que nous ne soyons que tous les deux et qu’il n’y est personne, susceptible de venir nous déranger.

Besoin de rattraper le temps perdu ? Oui, certainement et je n’allais pas le nier cette fois. J’avais vraiment besoin d’être avec toi et uniquement toi. Tu me dis que je me trompais et je n’allais pas le nier, parce que je n’aurai jamais pensé qui tu aurais voulu que nous allions ensemble nous baigner. L’endroit était tranquille et nous serons bien, j’en étais persuadé. Tout en faisant comme toi, te tournant le dos et je retire mes vêtements. Finissant par me retrouver nu comme toi. Tout en ouvrant mon sac pour prendre le savon que je gardais emballé précieusement dans un tissu. Je décide de le prendre avec moi, j’avais bien l’intention de m’en servir pour cette fois. Je ne savais pas quand est ce que, je pourrais avoir une autre occasion de l’utiliser. Tu es déjà dans l’eau et quelques minutes plus tard, je commence à mettre mes pieds dans l’eau. Claquant un peu des dents, car l’eau est un peu fraîche et j’en frisonne. –« Bon sang … elle est glacée … »-. Une fois que je suis dans l’eau, je suis qu’à quelques centimètres de toi. Je ne me sens pas vraiment gêné de la situation. Tout ce que je veux c’est me rapprocher de toi et c’est ce que je fais.  Mon regard observe ton corps avec une grande attention, comme si mon regard semblait fasciné par ce qu’il voyait. C’était vraiment le cas, tu me plaisais à un point que tu ne pourrais même pas soupçonné. Ta phrase me sort de mes pensées et je te regarde attentivement. –« Hum … je savais que tu avais mal … que ta douleur n’allait pas cesser d’augmenter … alors j’ai fait ce que je devais faire pour que tu ne souffres plus .. . enfin beaucoup moins. »-. Tout en sachant que je ne pourrais pas faire envoler ta douleur à 100%, mais au moins tes douleurs seront plus facile à gérer.

Ton regard m’observe et je décide de me rapprocher,  jusqu’à ce que je sente la chaleur et l’humidité de ton corps près du mien, qui devait certainement être dans le même état que le tien. –« J’espère qu’on ne va pas venir nous faire chier … t’as bien fais de nous faire venir ici … normalement on devrait être tranquille … il y a plutôt intérêt … sinon je risque de ne plus être maître de moi-même si quelqu’un vient nous faire chier. »-. Tout en te regardant intensément, tout en faisant comme tout à l’heure. Je glisse mes bras autour de ta nuque et je te fixe, tout en décidant de te le demander cette fois. –« Si je t’embrassais là … encore … tu accepterais dis ? Te sens pas obligé de répondre et d’accepter, si tu ne veux pas. »-. Mon regard ne flanche pas, pendant que l’un de mes bras se glisse entre nos deux corps. Le savon qui se trouve dans ma main, je commence à le passer et à le faire glisser sur ton torse tout doucement. Ton corps commence à avoir un peu de mousse sur ta peau et je n’arrête pas mon action, sans pour autant descendre plus bas. Je te respecte vraiment beaucoup trop pour te forcer à faire ce que tu ne veux pas. Je ne descendrai pas ma main plus bas, sans ton accord. Tout en sentant l’odeur du savon qui se dégage de ta peau, tout en déviant mon regard sur la mousse qui se trouve sur ton torse. –« Il ne sent pas si mauvais que ça apparemment … non ? »-. Fronçant le nez un peu, tout en lâchant ta nuque que je décide de libérer de mon emprise. Ma main libre se pose sur ton torse, étalant un peu la mousse sur tes bras, puis sur ton torse, tout doucement et minutieusement. Je suis vraiment concentré dans ma tâche, parce que j’aime ce que je suis en train de faire. –« Comment va ta jambe … depuis cette nuit-là ? Ça va mieux dit ? »-. Tout en glissant mon regard sur ton corps, là où mes mains glissent sur ton torse, toujours avec douceur que je ne soupçonnais pas de moi, jusqu’à maintenant.

© Starseed

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minadoria.tumblr.com/



WELCOME TO THE HELL
Joshua A. Lawson

MESSAGES : 168
ARRIVÉ : 09/10/2015


MessageSujet: Re: Look into my eyes, damn ! |Tristan Sam 2 Jan 2016 - 20:45

Look into my eyes, damn!


 
feat | Joshua & Tristan

Oui, nous avions besoin d'être un peu tous les deux, j'en ressentais également le besoin. Nous ne nous étions pas parlés depuis quelques jours et franchement, ça avait été horrible. Je n'aimais pas ça et c'est sans doute ça qui m'avais conforté dans l'idée qu'il fallait qu'on s'explique et au final, j'avais bien fait de venir vers toi. Nous avions dit chacun ce qu'on avait sur le cœur et cela semblait avoir été bénéfique en vue de notre situation, dans l'eau. Je ne m'attendais pas trop à ce que tu sortes du savon pour être honnête.
« Purée tu l'a trouvé ou lui ? Ça va faire des mois que j'aurais pas senti un truc qui sent bon et qui vas nous laisser propre, c'est parfait quoi. » Dis-je en m'extasiant presque comme un gosse face à ce que tu venais donc de sortir de tes tissus. J’eus un frisson incontrôlable quand je te sens te rapprocher de moi, nos corps se frôlant un peu, ce qui était un peu...gênant. Je déglutis légèrement, mon regard s'encre dans le tien. Je me pince légèrement la lèvre, tout en frémissant un peu.

« Je m'en doutais que tu le remarquerais, j'ai jamais réellement pu te cacher quoique ce soit et dieu sait que je n'aime pas ça. Aller courage, profite qu'elle ne soit pas brûlante contrairement à ce temps de merde qui est tout l'inverse. » Dis-je en essayant de changer le sujet pour éviter de me sentir totalement démunie face à toi mais cela tomba bien vite à l'eau car je sens tes mains se poser sur ma peau, tout en faisant de lents mouvements avec le savon. J'étais assez sensible aux caresses, étant un peu chatouilleux aussi ce qui me donnais quelques frissons. Un petit rire s'échappe d'entre mes lèvres quand tu me dis que tu n'espères pas qu'on soit dérangé. Je rapproche un peu mon visage du tien, venant murmurer à ton oreille :
« Ne fais pas un drame va. Mais ouais on ne va pas pouvoir rester des heures, sinon ils vont venir nous chercher. Mais c'est trop chou ce que tu dis quand même, tu fais super possessif en disant ça. Cela me surprend presque. » Dis-je en souriant finement en coins, tout en tentant de reculer un peu, mais je manque de tomber en arrière car j'avais marché sur un trou d'eau. Je grogne légèrement avant de reprendre mes appuis et donc te sentir faire, me faisant rougir un peu, tout en soufflant légèrement d'aise, te laissant totalement faire.

« Si tu m'embrasses et que tu continues de me laver comme ça, je crois que c'est moi qui répondra plus de rien... » Dis-je en me mordant fortement la lèvre inférieure, ne résistant pas bien longtemps avant de capturer tes lèvres, rapprochant mon corps un court instant du tien, ayant un autre frisson en te sentant tout contre moi, comme l'autre soir. Bordel, les envies commençaient à venir, c'était horrible comme la tension pouvait monter très vite entre nous. Bon certes, j'avais pris un pied de fou avec toi et rien que d'y penser, je me sentais dresser derechef mais aussi car on était peut-être un peu tous en manque. Nous deux c'était quand même un peu plus que ça, maintenant. Mes mains glissent sur ta nuque, descendant légèrement sur tes omoplates, continuant le baiser langoureusement, caressant doucement ta langue de la mienne. Je romps cependant assez brusquement le baiser, mes mains se posant sur ton bassin pour te reculer un peu du mien, avant de dire en avalant difficilement ma salive :
« Tristan, stop...Je..je vais pas résister si tu continues, si ON continue. » Soufflais-je légèrement, sentant la chaleur empourprée mes joues.
« Elle va bien, j'ai encore un peu mal mais ça va... »
to follow...

fiche by mad shout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Tristan Larkin

MESSAGES : 80
ARRIVÉ : 20/11/2015
LIEU : En ce moment, Atlanta.



MessageSujet: Re: Look into my eyes, damn ! |Tristan Sam 2 Jan 2016 - 22:08


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minadoria.tumblr.com/



WELCOME TO THE HELL
Joshua A. Lawson

MESSAGES : 168
ARRIVÉ : 09/10/2015


MessageSujet: Re: Look into my eyes, damn ! |Tristan Ven 8 Jan 2016 - 19:23

Look into my eyes, damn!


 
feat | Joshua & Tristan


to follow...

fiche by mad shout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Tristan Larkin

MESSAGES : 80
ARRIVÉ : 20/11/2015
LIEU : En ce moment, Atlanta.



MessageSujet: Re: Look into my eyes, damn ! |Tristan Ven 8 Jan 2016 - 20:38


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minadoria.tumblr.com/



WELCOME TO THE HELL
Joshua A. Lawson

MESSAGES : 168
ARRIVÉ : 09/10/2015


MessageSujet: Re: Look into my eyes, damn ! |Tristan Ven 22 Jan 2016 - 14:20

Look into my eyes, damn!


 
feat | Joshua & Tristan


to follow...

fiche by mad shout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Tristan Larkin

MESSAGES : 80
ARRIVÉ : 20/11/2015
LIEU : En ce moment, Atlanta.



MessageSujet: Re: Look into my eyes, damn ! |Tristan Ven 22 Jan 2016 - 17:56




Dernière édition par Tristan Larkin le Dim 24 Jan 2016 - 19:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minadoria.tumblr.com/



WELCOME TO THE HELL
Joshua A. Lawson

MESSAGES : 168
ARRIVÉ : 09/10/2015


MessageSujet: Re: Look into my eyes, damn ! |Tristan Sam 23 Jan 2016 - 19:47

Look into my eyes, damn!


 
feat | Joshua & Tristan


to follow...

fiche by mad shout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Look into my eyes, damn ! |Tristan


Revenir en haut Aller en bas
 

Look into my eyes, damn ! |Tristan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dancing With The Dead :: † APOCALYPSE WORLD † :: atlanta-