AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Plus on est de fous... [Rebecca]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



WELCOME TO THE HELL
Ravi Matthain

MESSAGES : 50
ARRIVÉ : 23/11/2015


MessageSujet: Plus on est de fous... [Rebecca] Mer 25 Nov 2015 - 13:45


Plus on est de fous...

Ravi & Rebecca ♥



Première étape : attirer un sujet d'étude. Pas difficile, ces créatures sentent la chair humaine à des kilomètres à la ronde. A peine arrivé à la grille, Ravi avait déjà attiré l'un d'entre eux. Mais il n'était pas suffisamment éloigné pour faire une hypothèse recevable. Mais ce n'était de toute façon pas le sujet d'étude à l'ordre du jour pour le jeune chercheur. Ce qu'il voulait savoir, lui, c'était comment fonctionnaient les cerveaux de ces créatures. Depuis plusieurs mois déjà, Ravi en avait appris un rayon sur le sujet. Ses nombreuses expériences lui avaient par exemple permis de comprendre que les Z ne réfléchissaient plus du tout comme des humains. Mais ils parvenaient pourtant encore à se déplacer et ce malgré l'état de décomposition de leurs membres et de leurs organes, l'absence de circulation sanguine et de métabolisme visible. Aussi, armé d'un grand bâton qu'il avait ramassé dehors quelques jours plus tôt, le Dr Matthain était bien décidé à tester les réflexes de ses amis les zombies.

Deuxième étape, donc : pouvoir toucher la créature. Le jeune homme passa son bâton dans l'un des trous de la grille et piqua le rôdeur avec, déclenchant immédiatement la rage de ce dernier. Le Z approcha encore, jusqu'à se retrouver coller contre le grillage, essayant pourtant encore d'avancer. Ravi recula dans un bond, se mettant à bonne distance de la bête pour ne pas risque de se faire la moindre égratignure. Puis, empoignant fermement le morceau de bois, il commença son expérience à proprement parlé. De sa main libre, il plongea dans la poche de son pantalon pour en ressortir son fidèle acolyte, le dictaphone. Il l'enclencha et l'approcha de ses lèvres et agressa finalement le pauvre zombie innocent aux genoux.

« Le sujet est un homme de type caucasien. Age estimé entre 30 et 35 ans. Il présente une décomposition moyenne. J'estime la date de sa transformation à environ sept mois. La première expérience consiste à tester les réflexes automatiques du patient. » Faisant une pause dans ses déclamations solitaires, Ravi donna un léger coup sur la rotule du Z. Puis à l'autre. Et ainsi de suite pour trois rounds. « Soubresaut constaté. Mais beaucoup plus faible que celui d'un homme en bonne forme dans la même tranche d'âge. »

Ravi marqua une longue pause, continuant tout de même de donner des petits coups au Z, alternant entre les genoux et les coudes. Il n'en était pas très fier mais cette petite expérience avait quelque chose d'amusant. La pauvre créature ne semblait même pas se rendre compte de ce qui lui arrivait. La mauvaise conscience du chercheur trouvait tout de même l'apaisement dans ses résultats passés, qui théorisaient que les rôdeurs ne ressentaient pas la douleur et ne disposait d'aucune véritable conscience. Au moins, il ne faisait pas souffrir cette chose.

« Bien sûr, un seul sujet n'est pas suffisant pour faire des conclusions, mais je pense pouvoir dire sans trop me tromper que les fonctions nerveuses des Z sont quasi inexistantes. Cela remet cependant en question la théorie selon laquelle ils ne ressentent pas la douleur. Bien que profondément diminués, leurs nerfs sont encore en fonction et communiquent encore avec le cerveau. Ils doivent donc sentir quelque chose quand on les blesse, même si c'est minime. Je partirai sur une simple 'information' envoyée au système nerveux, pas forcément une douleur, mais une perception...Il faudrait réaliser une dissection pour en savoir plus, mais bien sûr sans matériel et sans soutien, ça semble difficile.»

A parler tout seul en jouant avec un zombie, Ravi devait avoir l'air d'un fou. Heureusement, les habitants de la prison semblaient s'être fait à cet état des choses et on l'avait très vite laissé faire sa vie tranquillement. Il n'était rien d'autre qu'un excentrique aux yeux des survivants et ça lui convenait très bien comme ça.




Dernière édition par Ravi Matthain le Lun 30 Nov 2015 - 17:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Rebecca Lindgren

MESSAGES : 186
ARRIVÉ : 12/10/2015


MessageSujet: Re: Plus on est de fous... [Rebecca] Ven 27 Nov 2015 - 18:15

Une nouvelle journée déprimante à la prison... au fil des jours elle commençait enfin à ressentir le mal du pays, la suède lui manquait malgré tout. Néanmoins elle prit ça de façon positive, si elle avait le temps d'avoir cette pensée, c'est que les choses allaient plus ou moins pour le mieux... Les choses commençaient peu à peu à s'apaiser même si les plaies ne s'étaient pas encore totalement refermées, ça en prenait le chemin...

Rebecca comme à son habitude restait dans son coin et n'établissait pas vraiment de liens avec les autres, elle s'occupait des enfants, elle discutait quelque fois avec Josh et quelques autres personnes mais c'était tout, à part ça elle n'avait pas vraiment de vie sociale, chose qui n'avait pas changé avant et après cette épidémie écolo... comme elle l'appelait... Elle était dehors prendre l'air, elle avait eu la brillante idée de faire un footing en plein milieu d'après midi, courir lui faisait du bien et la prison était assez grande mais elle tournait beaucoup en rond... après une demi heure elle commença à s'ennuyer, elle n'avait plus vraiment la motivation, en suède il y avait énormément de lac où courir autour, c'était très agréable, ici entre le bruit constant des ödoda et le contexte carcérale restreint, ce n'était pas forcément ce qu'il y avait de mieux.

Elle remarqua un homme aux grilles, il semblait faire joujou avec eux avec un bâton, Rebecca avait l'impression de voir Lizzie en version homme et avait un terrible air de déjà vu. Elle se rapprocha par curiosité, l'homme sembla parler à un espèce de dictaphone et Rebecca écoutait attentivement ce qu'il disait sans qu'il la remarque... C'était Ravi, elle ne le connaissait pas bien non plus, il avait l'air de faire des expériences avec les ödoda, ça devait être un scientifique ou quelque chose du genre, ou peut être qu'il s'improvisait juste, elle ne savait pas bien et elle ne s'intéressait pas vraiment à vrai dire jusqu'à maintenant, non pas qu'elle s'en foutait mais elle n'y pensais juste pas...

- Si vous voulez étudier le comportement neurologique d'une de ces choses, c'est une IRM fonctionnelle qu'il vous faudra et je ne pense pas qu'on puisse trouver de quoi faire avant longtemps...lança Rebecca pour le surprendre, lui qui ne l'avait pas encore remarquée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Ravi Matthain

MESSAGES : 50
ARRIVÉ : 23/11/2015


MessageSujet: Re: Plus on est de fous... [Rebecca] Sam 28 Nov 2015 - 0:58


Plus on est de fous...

Ravi & Rebecca ♥



Ravi était devenu expert dans l'art de faire des grands discours pour remplir ses petites cassettes et se donner l'impression d'avoir fait des découvertes importantes quand il les réécoutait plus tard. Mais au fond, il savait bien que rien de ce qu'il venait de raconter n'aurait un véritable impact sur l'avancé de ses recherches. En tout cas, ça ne présageait rien de bon et le bon, c'était ce dont il manquait le plus dernièrement. Le scientifique poussa un soupir après avoir fini sa dernière petite tirade, penchant dangereusement vers le précipice de la dépression. De son œil redoutable, il affrontait le Z du regard. Il était hors de question de perdre espoir maintenant. Quelque part dans les chairs putréfiées de son nouvel ami se trouvait la réponse à toutes les questions.

Le combat battait son plein quand le jeune homme fut tiré de là par la douce voix d'une connaisseuse. Sursautant, Ravi revint sur Terre et abandonna à regret l'affrontement, acceptant sa défaite pour se tourner vers celle qui venait lui prodiguer de bons conseils, qu'il avait d'ailleurs suivi religieusement bien des mois auparavant. Pourtant près à mener une nouvelle bataille, l'homme resta cependant immobile et silencieux, la bouche légèrement ouverte, quand ses yeux noirs se posèrent sur la créature qui venait de l’interrompre. Il lui fallut cligner des yeux trois ou quatre fois d'affilé avant de retrouver ses fonctions cérébrales intactes. Enfin, intactes... C'était une question à débattre étant donné les mots qui sortirent de sa bouche aussitôt que les connexions se firent à nouveau.

« Qui es-tu qui, dans l'ombre de la nuit, trébuche ainsi sur mes pensées secrètes ? »

Qu'importait que le soleil brille encore haut dans le ciel et que cette ombre dont il faisait mention ne les engloutisse pas avant encore quelques heures ? Citer du Shakespeare pour entamer une conversation, c'était son petit plaisir à lui, sa sale habitude qui le rendait si spécial et qui avait surtout cette faculté incroyable à faire fuir les moins érudits des Hommes. Nul besoin non plus de préciser que l'indien n'était pas un expert avec la gente féminine. Ces êtres si semblables et pourtant si différents qu'il avait eu plus d'une occasion d'étudier sur un plan purement théorique lors de ses études, restaient un mystère pour lui dans la pratique. Et cela le rendait toujours un peu trop nerveux d'en croiser une, pis encore si cette aventureuse venait lui parler de science et de médecine.

Mais puisque cette blondinette semblait savoir de quoi elle parlait -en tout cas un minimum, ce qui représentait déjà plus que la moyenne de ses interlocuteurs habituels- le Dr Matthain reprit un semblant de contrôle sur Ravi le Barjo et, laissant à peine le temps à son nouvel audimat de réagir, il enchaîna, comme animé d'une nouvelle étincelle de vie.

« L'IRM est effectivement compromise dans ces conditions, mais j'ai en ma possession quelques clichés, réalisés par mes soins, sur l'un de ces semblables quand la situation était encore sous contrôle. Malheureusement, je n'ai pas eu la chance d'en étudier plus d'un et ma conscience professionnelle me dit que ce n'est pas suffisant, alors j'essaye d'avancer avec les moyens du bord. »

Il osait rarement en dire autant aussi vite et ce peu importe le charme de son vis-à-vis. Aussi présomptueux que cela puisse sembler, Ravi n'avait pas souvent l'impression de se trouver face à quelqu'un capable de comprendre son charabia et le fait qu'on le regarde souvent comme un fou perdant son temps à comprendre plutôt qu'à tirer à vue n'améliorait pas sa confiance. Mais la demoiselle ne le regardait pas comme une curiosité de la nature, elle ne lui demandait pas ce qu'il fabriquait en exposant son incrédulité face à la situation et ça, c'était un très bon point. Les membres du corps médical restaient nombreux, mais les rats de laboratoires disposaient rarement des performances physiques nécessaires à la survie dans un milieu hostile. Aussi, il eut été mal avisé de repousser quelqu'un disposé à l'écouter et à partager son point de vue.

Une question restait pourtant : qui était cette femme et qu'est-ce qu'elle connaissait aux IRM et à la neurologie ? Ravi l'inspecta des pieds à la tête, ne cherchant même pas à se cacher. Blonde, petite, pas très bien habillée -mais ça, c'était leur lot commun à tous désormais- un béret vissé sur la tête. Elle ne ressemblait pas vraiment à l'idée que le jeune homme s'était fait d'une scientifique jusqu'à maintenant. Mais à part lui qui affectionnait tant de porter sa blouse au quotidien, qui ressemblait encore à ce qu'il était autrefois ? Difficile de la jauger vraiment et l'expression de son visage n'informait pas plus le si brillant docteur, dont l’ego devait prendre un sacré coup devant cet échec.

« Médecin ? »  demanda-t-il enfin, acceptant une nouvelle défaite. Ce ne fut que lorsqu'il accepta de la boucler pour de bon qu'il réalisa que son dictaphone était toujours en marche et qu'il venait d'enregistrer leur pittoresque rencontre. Un document qui aurait probablement sa propre valeur scientifique, cependant, comme l'un de ces documentaires sur les animaux que l'on voyait autrefois quand la télévision n'était pas encore un souvenir. Ravi stoppa tout de même l'enregistrement. Il aurait des choses plus importantes à conserver que ses élucubrations et son incapacité à agir comme un être humain ordinaire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Rebecca Lindgren

MESSAGES : 186
ARRIVÉ : 12/10/2015


MessageSujet: Re: Plus on est de fous... [Rebecca] Ven 4 Déc 2015 - 19:21

Rebecca resta un peu... perplexe face à la réponse de Ravi, elle ne savait pas du tout si il fallait répondre sérieusement ou non, ou si d'ailleurs il fallait y répondre... Citer du Roméo et Juliette dans ces circonstances était pour le moins peu commun, et elle n'avait déjà pas l'habitude d'aborder les gens normalement alors si ces personnes là étaient peu communes cela ne lui faciliterait pas la tâche, d'ailleurs cela lui remit les pieds sur Terre: elle avait encore des progrès à faire dans les relations sociales....

- Hum... Rebecca... je ne pense pas qu'on ai été présenté avant.

Ravi était bel et bien un scientifique, il avait eu l'opportunité de pouvoir étudier un peu plus précisément l'une d'elle, mais comme il le disait ce n'était pas suffisant... d'ailleurs rien ne l'était... Rebecca pensait que tout était possible et qu'un simple étude avec "les moyens" du bords ne serait jamais suffisant...

- Je vois... Je pense personnellement que tout est possible après ce qu'il s'est passé... et qu'on devrait tout remettre en question, ce qui ne rend pas la tâche plus aisée pour comprendre davantage ce qu'il se passait...

De nombreuses hypothèses étaient possible, ils pouvait s'agir de plusieurs parasite qui tuerait l'hôte avant d'en prendre le contrôle, ce qui est cohérent avec les contacts sanguin, et le fait qu'ils ont besoin d'être nombreux pour pouvoir tuer l'hôte eux même... et ce serait également cohérent avec le fait qu'il reviennent après la mort et ce, sans morsure... ça pourrait très bien être autre chose... Une sorte de virus qui stoppe juste toute activité organique sans pour autant la tuer... ce qui le rend dans un état de putréfaction et que le fait de trouver un moyen de les guérir la réactiverait et la personne serait donc encore envie... mais ça expliquait difficilement comment il arrivait à garder les fonction primaire tel que le mobilité même après une décapitation...
Rebecca revint à la réalité et remarqua que son interlocuteur l'analysait de la tête au pied, sans même essayer de se cacher ce qui la mis mal à l'aise, elle ne savait pas du tout pourquoi... La trouvait-elle attirant ? Ce n'était probablement pas ça, vu les vêtements qu'elle portait, elle ne s'était jamais mis en valeur, et le nouveau monde dans lequel elle vivait n'avait pas vraiment changé cette façon de faire... Lui portait une blouse blanche plus très blanche et était le cliché même du scientifique un peu timbré, ce qui fit sourire Rebecca, il devait probablement passer sa vie dans les laboratoires et ne sortir que pour aller se nourrir et encore... si le stéréotype se poursuivait jusqu'au bout... Il lui demande ensuite si elle était médecin...

- Non, j'étais Biologiste... en environnement, mais on fait avec les moyens du bord !dit-elle pour rebondir à la fin de sa longue tirade. Et vous ? Vous faisiez quoi exactement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Ravi Matthain

MESSAGES : 50
ARRIVÉ : 23/11/2015


MessageSujet: Re: Plus on est de fous... [Rebecca] Mer 9 Déc 2015 - 22:52


Plus on est de fous...

Ravi & Rebecca ♥



Cette jeune femme n'avait de cesse de conforter Ravi dans sa première impression. Et plus leur conversation avançait, mieux il se sentait, oubliant presque qu'il s'adressait à une femme pour ne la voir plus que comme une très intéressante et très intelligente personne. Le point de vue de la blonde était plus que défendable. Tout remettre en perspective, s'ouvrir à de nouvelles possibilités... Bien sûr, quand les morts revenaient à la vie pour dévorer les vivants, ça remettait en question plusieurs des principes que l'on croyait depuis longtemps acquis. Et les questions les plus fondamentales sur la vie, la mort, prenaient de nouvelles réponses jusqu'alors inenvisageables. L'esprit naturellement curieux du scientifique y voyait des heures d'intense réflexion, un monde totalement nouveau à explorer avec entrain. Mais son côté un peu trop terre-à-terre qui se reposait depuis toujours sur des connaissances acquises depuis des siècles peinait à abandonner et il ne voyait pas d'autre moyen que ceux qu'il connaissait déjà pour en apprendre plus. Les Z avaient vraiment chamboulé la vie de tous, à des degrés qu'on ne voyait pas toujours.

Ravi semblait bien décidé à y réfléchir dès maintenant, repartant déjà dans les profondeurs de ses pensées personnelles, quand le mot 'biologiste' le ramena à la réalité. Il offrit un regard surpris à la jeune femme avant de se parer d'un immense sourire, ravi de rencontrer une lointaine collègue. Jusque là, il semblait que seuls les médecins et autres membres du corps médical aient survécu à cette affreuse tournure des choses, mais voilà qu'ils étaient deux purs scientifiques, vivants au même endroit, en plus !

« Rebecca la Biologiste... » Il marqua une pause. « J'ai moi aussi étudié la biologie un long moment, mais j'en suis ressorti ingénieur de recherche clinique et épidémiologique. Je travaille sur les épidémies depuis quelques années maintenant. Vous comprenez donc pourquoi je suis si intéressé par ce virus... » ajouta-t-il finalement en réponse à la question qu'elle lui avait posé.

Puis, il tourna le dos à la jeune femme et se mit à faire les cent pas devant elle, allant jusqu'à la grille pour revenir à sa position initiale. Il continua ce petit manège pendant quelques secondes, avant de s'arrêter tout à coup devant Rebacca, relevant brusquement les yeux sur elle, pour mieux repartir dans ses étranges déclarations.

« Vous saviez que Rebecca est le titre du premier film qu'Alfred Hitchcock a produit sur le sol américain ? »

Bon, d'accord, ce n'était certainement pas une information importante, nécessaire, voire même intéressante. Mais que voulez-vous, Ravi était Ravi et il ne changerait probablement jamais. Sa mémoire était bourrée d'un nombre incalculable de faits de ce genre et il les ressortait sans crier gare à n'importe quel moment lui semblant opportun. D'ailleurs, à force de se répéter le nom de la jeune femme sans cesse dans sa tête, il réalisa tout à coup qu'il ne s'était même pas présenté lui-même.

« Oh, j'oubliais, moi c'est Ravi ! » lâcha-t-il donc pour résoudre ce déséquilibre . Encore une information qui semblait sortir de nul part. Il tendit la main vers la jeune femme, histoire d'officialiser un peu plus leurs présentations.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Rebecca Lindgren

MESSAGES : 186
ARRIVÉ : 12/10/2015


MessageSujet: Re: Plus on est de fous... [Rebecca] Mar 29 Déc 2015 - 18:31

Rebecca se sentait un peu plus à l'aise qu'il y a quelques minutes, elle sentait l'abcès crevé, après tout le plus difficile lors d'une rencontre était les premières secondes non ? De plus Rebecca apprenait tout juste la sociabilité, l'apocalypse comme contexte n'était pas vraiment le plus idéale pour une apprendre ce genre de chose...

-Je comprends, vous êtes plus qualifié que moi pour parler de ce genre de choses, j'ai quelques compétences en écotoxicologie mais... visiblement ça n'est nocif que pour les humains... ironiquement c'est peut être l'une des choses les plus écologique qu'il y ai eu depuis longtemps... je suppose que je me retrouverai au chômage si les choses s'améliorent...
L'homme faisait un aller retour assez long, comme s'il prenait leur discussion comme une pièce de théâtre (quoi qu’après avoir cité du Shakespeare, ça donnait une certaine cohérence à la scène), elle ne savait pas à quoi s'attendre... même si elle savait pertinemment que ça n'allait pas être très commun, mais bon après tout ça changeait des discussions habituelles et ce n'était pas désagréable, même si ça pouvait laisser perplexe au début.

- Je ne pensais pas réentendre son nom... mais oui je le savais... dit elle avant de reprendre quelques secondes après. Bon ok c'est pas vrai, je n'en avais aucune idéereprit-elle un peu honteuse pour le coup...

Elle n'était pas très cinéphile, bien sur malgré son emploi du temps chargé et son manque d’interaction sociale il lui arrivait quand même de regarder des films mais ça s'arrêtait là...
Il se présenta à son tour... Elle essayait pour faire comme lui de réfléchir à quelque chose  qui pouvait lui rappeler ce nom, comme il l'avait fait avec le sien, mais elle avait beau le retourner dans sa tête rien ne lui venait... Elle n'était pas encore douée pour ce genre de chose... ha si, en France on disait "Ravi de faire votre connaissance", ça se disait souvent... Mais ce n'était pas forcément une langue qu'il connaissait et ce serait d'ailleurs d'assez mauvais goût, elle se retint donc....

- Enchanté... je m'excuse d'avance, je n'ai pas autant d’imagination que vous pour vous apprendre quelque chose avec votre prénoms'excusa-t-elle.

Pour le moment elle avait l'impression que la discussion était un peu à sens unique, ce qui était le plus étrange en plus, c'est que c'était Rebecca qui était venue lui parler à la base...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Ravi Matthain

MESSAGES : 50
ARRIVÉ : 23/11/2015


MessageSujet: Re: Plus on est de fous... [Rebecca] Lun 4 Jan 2016 - 20:00


Plus on est de fous...

Ravi & Rebecca ♥



Si Ravi était un homme naturellement heureux et souriant, là, il était clairement en train de battre son propre record. Son sourire ne disparaissait plus alors qu'il écoutait la jeune femme lui répondre avec un sérieux impensable. Cette fille lui plaisait bien. Pas d'un point de vue physique ou quoi que ce soit de ce genre, même si elle était plutôt agréable à regarder, mais plutôt dans sa manière d'être. Avec cette façon qu'elle avait de rester imperturbable peu importe ce qu'il lui sortait. Et cette charmante timidité... Il avait presque envie de la mettre mal à l'aise juste pour voir comment elle réagirait, déjà persuadé que ce serait hilarant.

La pauvre, elle ne savait probablement pas dans quoi elle allait mettre les pieds quand elle s'était soudainement décidé à venir lui parler ! Au moins maintenant, elle devait comprendre pourquoi tout le monde gardait ses distances avec lui et elle finirait probablement par faire la même chose une fois que cette conversation sans queue ni tête prendrait fin. Mais Ravi n'avait pas envie que la jeune femme prenne la fuite à la moindre occasion... Il ne la connaissait pas encore assez pour prétendre l'apprécier vraiment, mais il avait envie qu'elle lui laisse une chance et passer pour un fou n'allant sûrement pas aider, il se décida à se calmer un peu. Du moins pour le moment. Imprévisible comme il était, comment savoir combien de temps durerait cette bonne résolution ?

L'homme se racla donc la gorge et se redressa, réajustant sa blouse blanche sur ses épaules, histoire de se redonner une apparence de sérieux et de professionnalisme. Son sourire, sans disparaître tout à fait, se dissipa un peu pour sembler plus poli que joyeux.

« Je vous prie de m'excuser, j'ai tendance à diverger sans arrêt... » déclara-t-il d'une petite voix gênée, au cas où elle ne l'aurait pas encore compris depuis le temps. Son regard se posa un moment sur les rôdeurs agglutinés contre les grilles tout près d'eux avant de revenir sur Rebecca, la biologiste environnementale. Il repensa à ce qu'elle lui avait dit quelques secondes auparavant, concernant cette épidémie et le bien que cela faisait à l'environnement. Quelque part, il ne pouvait nier qu'elle avait raison. Rien ne pouvait faire plus de bien à la planète que de voir la race humaine diminuée d'une bonne moitié et encore plus dans les circonstances qui étaient les leurs. En ces moments troublés, la pollution n'était plus qu'un mauvais souvenir, comme toutes les autres plaies que l'Homme avait créé. Mais en même temps, ce virus représentait un vrai danger pour la totalité de la race humaine, car à moins que certains sujets ne soient naturellement immunisés, comme cela arrivait souvent pour d'autres virus, toute une espèce allait disparaître... Et ça, en tant qu'humain, ça restait difficile à avaler, non ?

« Vous croyez que cette épidémie, c'est la façon qu'a la Nature de reprendre ses droits ? » demanda-t-il, songeur. Il n'y aurait pas été totalement opposé, loin de là, mais c'était tout de même effrayant, quelque part, comme idée. « Je devrais peut-être laisser tomber mes recherches et juste attendre de voir ce qu'il va se passer, alors, non ? » plaisanta-t-il. Non, s'il existait la moindre chance de stopper la progression de cette épidémie, il ferait son possible pour trouver comment. Il savait parfaitement qu'il n'avait aucune de chance de survivre sur le long terme par la simple force de ses bras, il n'était pas assez athlétique pour ça. Son seul espoir, c'était son cerveau, ses connaissances en épidémiologie accumulées au fil de nombreuses années d'études. Sa seule chance de vivre reposait dans ses recherches et il voulait vivre, plus que tout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Plus on est de fous... [Rebecca] Aujourd'hui à 9:58


Revenir en haut Aller en bas
 

Plus on est de fous... [Rebecca]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dancing With The Dead :: † APOCALYPSE WORLD † :: la prison-