AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Retrouvailles - Otys & Selyse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



WELCOME TO THE HELL
Selyse E. Mitchell

MESSAGES : 51
ARRIVÉ : 15/11/2015


MessageSujet: Retrouvailles - Otys & Selyse Dim 22 Nov 2015 - 12:00



Selyse & Otys
Retrouvailles

Perdue & affamée. Il y avait de la forêt à perte de vue. Les rôdeurs étaient trop sur les routes. Il fallait les éviter. C’était par des pensées courtes que je pouvais avancer. Chaque pas était posé de manière à éviter de faire trop de bruit. Le ciel commençait à s’assombrir. Il fallait que je me trouve une cachette. C’était impossible de dormir sur ses deux oreilles dans la nuit dans un endroit où on pouvait se faire manger à n’importe quel moment. Soyons sérieux, c’était trop simple pour eux. Allumée un feu était comme un écriteau dessus de ma tête pour dire : «  Hé, il y a à manger ici ! Fastfood ! ». Être aussi vulnérable sans un point mort, suffisait de prendre le mauvais chemin ou la mauvaise direction… C’était une chose que je détestais. Il fallait que je trouve un abri le plus rapidement possible… Mon instinct me guida dans une petite maison abandonnée en pierre sur deux étages. Elle était en pierre. Je sortis mon couteau pour vérifier les lieux. D’abord, il fallait vérifier qu’est-ce qu’il y avait d’ouvert : Fenètre – fermée certaines légèrement cassées. Les portes toutes fermées. Je pris mon couteau pour forcer l’ouverture et rentrant en poussant fortement. Mon épaule endura le choc. Cela lui faisait mal, cependant c’était supportable. Je toquais à la porte pour voir s’il y avait une présence. L’opération se reproduisit. Je rentrais en fermant la porte derrière moi. Mon emprise sur le couteau se resserra. Avec mon sang-froid, j’avançais en regardant fouillant toute cette maison. Elle était parfaite comme refuge. Je pourrais m’en servir pour les prochains jours. Cela me permettrait de me poser et de respirer un peu. Il n’y avait pas de cave, c’était une bonne chose. Il y avait toujours de trop grandes surprises dans celle-ci. Je trouvais une buanderie, avec des boites en conserves. Ce lieu devait servir de lieu de vacances. C’était super. J’en avais besoin justement. Je fis un léger feu de manière à ne pas attirer l’attention sur moi la nuit. Durant les quelques heures qui me séparaient de celle-ci, je m’occupais de sécuriser la maison. Je mis un meuble devant la porte pour légèrement la bloquer. Les escaliers étaient en bois et en mauvais état suite à l’humidité. Avec un bout de bois, je détruisis assez de marche pour que le rôdeur soit bloqué. Il était trop stupide pour monter en se tenant à la balustrade. Je pris les boîtes de conserve dans ma chambre en attendant. Je mis un drap sur la fenêtre. Il ne fallait pas alerter les zombies.

Les heures s’étaient bien écoulées sans accident à remarquer. J’avais fait un petit feu dans une cheminée à l’étage.  Une boîte de conserve à la main, mon souper allait être un vrai festin. Cela faisait pas mal de temps que je n’avais pas mangé aussi bien. En me lavant un peu en face du miroir, j’enlevais toute la terre qui me recouvrait. J’avais réussi à prendre de l’eau et de la chauffer légèrement. J’aurais vraiment tout donné pour avoir une douche chaude…. Ou un bain… J’enlevais les branches et les feuilles que j’avais accumulées au fil des semaines. C’était vraiment un désastre. Je pris mon couteau pour couper les cheveux qui étaient devenus trop longs. Je préférais les avoir mis long et les attacher. Au moins, c’était mieux. Après un brin de toilette durement mérité, je me couchais sur mon lit de fortune. Des couvertures vers le feu pour me reposer, la fatigue m’emporta directement dans les bras de Morphée. J’avais trop accumulé ces dernières semaines. J’avais l’impression que trouver de la nourriture était devenu plus dure. Le monde disparaissait petit à petit. Au milieu de la nuit, je me réveillai avec un bruit sourd. Quelqu’un était rentré dans la maison. Je pris mon arme et me mit dans un angle mort pour tirer sur la personne dès qu’elle rentrerait dans la chambre. Je tendis l’arme en avant, resserra mon emprise pour avoir une meilleure précision dans mon tir. Une personne se présenta à l’encadrure de la porte. Je fus surprise. Ce fut un choc. Je crois que je ne réalisais pas ce qui m’arriver. En face de moi… Ce trouvait l’homme qui m’avait abandonnée, l’homme que j’aimais et l’homme qui m’avait offert un abri les premiers mois de l’épidémie.

L’arme se baissa légèrement. Mon regard était toujours incompréhensible. Je ne comprenais pas ce qui était en train d’arriver. Je n’arrivais pas.

- Otys ?





Dernière édition par Selyse E. Mitchell le Sam 12 Déc 2015 - 14:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Otis L. Harper

MESSAGES : 171
ARRIVÉ : 02/11/2015


MessageSujet: Re: Retrouvailles - Otys & Selyse Dim 22 Nov 2015 - 16:17

Une fuite. C’était le terme approprié pour décrire sa réaction vis-à-vis de son ancien abri de quelques semaines. Il y a quelques heures Otis n’avait pas pris la décision de quitter cette prison en compagnie de ses nouveaux camarades. Non, il s’était littéralement enfui de celle-ci. Au volant de sa Chevrolet, Otis scrutait l’horizon désolé s’étendant devant ses yeux depuis de longues minutes. Il y a quelques minutes, Otis avait pris la décision de partir à la recherche de vivres et de ressources. Dixie et lui s’étaient alors dirigés directement vers le sud. Il se rappelait de ces nombreuses bâtisses en bordure de la route nationale. Elles seraient sûrement dans le même état qu’il y a plusieurs semaines et il y trouverait sûrement des vivres. Qui sait, il pourrait même y trouver des traces de passages concernant les disparus. Il laissait son véhicule à deux bons kilomètres des premiers bâtiments qu’il apercevait dans le soleil couchant. A quoi bon attirer l’attention d’une potentielle horde de bouffeur ? Inutile aussi de voir ceux qu’ils recherchent s’enfuir par crainte de mauvaises rencontres. Otis n’avait aucune idée de leur comportement à l’extérieur de la prison.

Depuis quelques heures, la nuit était tombée sur la géorgie. Les recherches d’Otis s’avéraient peu fructueuses alors qu’il enfonçait une nouvelle boite de conserve à l’intérieur de son sac. A genou sur le parquet craquant d’une maison de campagne. Il observait sa chienne reniflant dans différents coins de la pièce. Elle semblait elle aussi comprendre la mission qu’ils s’étaient fixés plus tôt dans la journée se dirigeant vers la cuisine de la petite propriété en bois. Otis jetait une nouvelle fois son sac sur son épaule suivant le berger malinois. La panique semblait s’être emparée de cette petite maison maintenant qu’il prenait le temps d’observer en détail les différentes pièces. Dans la cuisine, les placards et tiroirs étaient grands ouverts dans un désastreux chaos. Il observait alors cette maison en pierre se dressant à l’horizon. Depuis quelques heures, il ressentait une étrange sensation concernant cette bâtisse. Elle lui semblait à la fois irrésistible et tellement mystérieuse. A en croire les regards de Dixie à l’intention de son maître, il n’était pas le seul à vouloir y mettre les pieds. Une main gratouillant le sommet du crâne de sa chienne, Otis hochait la tête. Dixie avait raison, il ne pouvait pas retourner voir les autres sans s’être assuré que cette maison n’était pas l’élément clé de ses recherches.

La nuit était déjà bien avancée lorsqu’il pénétrait à l’intérieur de la propriété. La hachette dans la main scrutant du regard l’obscurité s’étendant devant ses yeux. Cette odeur de feu brûlant tranquillement dans l’âtre d’une cheminée. Les draps visibles de l’extérieur aux fenêtres de l’étage. Il inspectait le rez-de-chaussée enfonçant alors le manche de sa hachette à l’arrière de sa ceinture. Cette maison était occupée à l’heure actuelle. Un index passait devant ses lèvres faisant comprendre à sa chienne de rester silencieuse après s’être assurer qu’il n’y avait rien en bas. Le berger malinois dans ses bras peinant à hisser sa chienne assez haut pour qu’elle puisse gravir les marches brisées de l’escalier. Otis escaladait à son tour celle-ci apercevant la lumière sous l’une des portes. Le sudiste pris alors la décision de pénétrer seul à l’intérieur de la chambre. L’expression de son visage se figeait sous sa barbe de quelques jours. Cette voix. Il connaissait cette voix mais était-il entrain d’halluciner ? La fatigue lui jouait des tours à cette heure tardive de la nuit ? Une main passait dans celle-ci en se retournant doucement dans l’angle d’où s’était élevé son prénom. Il restait silencieux. Cette femme qu’il connaissait depuis si longtemps et qu’il avait protéger au début de l’épidémie sans y parvenir pleinement. Les yeux fixant sans trop y croire la blonde dans un coin de la pièce baissant légèrement son arme. L’expression de son visage était fermée presque comme si Otis voyait un fantôme. La main tremblante laissant tomber doucement son sac militaire sur le sol. Il levait légèrement les bras afin de montrer ses mains vides.

« Selyse ? Selyse c’est bien toi ? » S’exprimait-il dans son typique accent qu’il n’avait jamais abandonner. Il parlait doucement pour ne pas l’effrayer connaissant la justesse des tirs de la jeune femme. Un sourire s’emparant de son visage faisant un doux pas vers l’avant murmurant « J’ai déchargé toutes mes cartouches… Je t’entendais plus… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Selyse E. Mitchell

MESSAGES : 51
ARRIVÉ : 15/11/2015


MessageSujet: Re: Retrouvailles - Otys & Selyse Mar 24 Nov 2015 - 14:40



Selyse & Otys
Retrouvailles

Des images lui revinrent en tête de ce jour-là. Il n’était plus libre comme la dernière fois. Il avait inversé les rôles. Elle pouvait tirer et se venger. Elle pouvait ne pas vouloir comprendre, sauf que ce n’était pas Selyse. Il fallait rester claire, nette et précis. Son arme se baissa légèrement. L’ancienne propriétaire de bar n’était pas très convaincue par son geste. Elle avait l’impression d’être captivée par un prédateur. On ne peut pas lâcher du regard quelques choses qui nous hantent depuis longtemps. Il était en bas. Il aurait pu se battre un peu plus. La jeune femme se rappelait de tous les rôdeurs qu’ils y avaient. Plus, ils tiraient. Plus, ils étaient arrivés. La maison avait été un endroit infesté. Sa survie était essentielle. Personne n’avait besoin d’elle et c’était aussi le cas pour elle. C’était hors de question de craquer maintenant surtout pour lui. Pourtant…. C’était l’exception. Il prononça son prénom. Son sourire commençait à effacer la crainte qui l’habitait. Elle pourrait toujours l’abandonner comme il l’avait fait ? Est-ce qu’elle avait toujours envie de fuir. C’était dur de lutter toute seule. C’était de plus en plus difficile. Elle soupira en rangeant son arme dans son pantalon. Elle n’était pas obligée de lui faire confiance, de le suivre et… de le quitter.

«  Oui, c’est moi. »

C’était les seuls mots qu’elle avait réussi à prononcer sans émotion. Depuis le temps qu’elle avait passé son temps à oublier qui elle était, c’était devenu difficile. Selyse ne croyait plus à ces films où les héros courraient pour se prendre dans les bras. Le contact humain était passé secondaire. Elle ne savait même pas si elle le supportait encore. Quand il fit un pas, elle recula d’un autre. Trop sauvage, c’était plus la même. Il avait peut-être changé ? Cette idée grandissait chez elle. Combien d’hommes avait-elle vu changer de balle dans leur camp ? Combien d’homme avaient joué les agneaux pour montrer leurs dents de loups ?  Beaucoup trop. Elle l’examina pour voir comment il aurait pu changer physiquement durant ses années. C’était toujours le même de ce côté. Son sourire était identique aussi. Pourquoi se montrait-elle aussi méfiante. Sa voix retentit à nouveau pour lui expliquer une situation qui lui était gravée dans sa mémoire. Sa voix fut plus sèche et plus cassante qu’elle ne voulait.

«  Surprise. Je ne suis pas morte. » Dit-elle en inclinant sa tête.

Elle observa dans les moindres détails pour voir sa réaction. Comment il allait réagir ? Elle finit par mettre sa main sur son front et fermer un instant les yeux. Si c’était par réel ? Non, impossible. Son regard le chercha à nouveau. Selyse se rendait compte qu’elle était trop méfiante. C’était comme un animal blessé. Il fallait mériter sa confiance. Pourtant, elle ne pouvait pas rien donner à une personne qui avait temps fait pour elle. Tous ses moments qu’ils avaient passés ensemble devaient signifier quelques choses ! Elle reprit peu de temps après.

«  Désolée, c’est juste que j’ai passé trop de temps toute seule. Tu es parti… »

C’était ça la vérité qu’elle avait toujours connue. Elle n’avait pas attendu. Une question avait toujours demeuré ? Était-il revenu pour elle ? Si c’était le cas… Elle pouvait peut-être croire en lui à nouveau. Il le fallait, non ? Elle savait qu’elle avait besoin de lui pour survivre. Si elle partait, si elle l’abandonnait, Selyse perdrait le peu d’humanité qui lui reste. La jeune femme ne le souhaitait pas.





Dernière édition par Selyse E. Mitchell le Sam 12 Déc 2015 - 14:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Otis L. Harper

MESSAGES : 171
ARRIVÉ : 02/11/2015


MessageSujet: Re: Retrouvailles - Otys & Selyse Jeu 26 Nov 2015 - 14:24

Tandis qu’Otis essayait d’approcher d’elle dans un seul et unique pas doux, tel un animal ayant perdu toute confiance, la jeune femme s’acculait un peu plus. Un seul pas vers l’arrière de sa parait immobilisait alors Otis à son emplacement. Le sourire au coin de ses lèvres disparaissait. Elle semblait presque devenue sauvage. Depuis combien de temps n’avait-elle pas vu de survivants ? Etait-elle sauvage à son égard ? Une centaine de question lui traversait l’esprit en l’espace de quelques secondes. Le brun posait ses yeux sur elle perdant la moindre expression sur son visage. Il l’observait essayant de détailler chacun de ses traits espérant voir cette Selyse souriante qu’il connaissait à la Nouvelle-Orléans. La voix de la blonde s’élevait alors dans la pièce. Elle était sèche et son ton cassant. Dans ses quelques mots, il sentait une tonne de reproche lui tomber sur les épaules. Le brun baissait alors les yeux vers le sol se contentant de fermement serrer l’un de ses poings en inspirant profondément. Les images de cette journée d’enfer lui revenaient alors devant les yeux. Il déchargeait les cartouches de son fusil sur chacune des créatures à sa portée de tir. Les corps s’effondraient au sol dans un bruit visqueux perdu parmi les grognements. Il s’entendait hurler son prénom entre ses respirations saccadées. Nombreux. Ils étaient trop nombreux. Otis ne voyait que ces morts ne cessant de s’agglutiner autour de lui et sentait encore les mains essayer d’attraper ses membres. Les grognements gutturaux et les coups de fusils.

Le sudiste inspiré profondément ouvrant une nouvelle fois ses yeux et remontait son regard sur elle. Il avait pris la fuite et c’était la vérité. Otis n’avait pas eu le choix. Ils étaient trop nombreux. Les mordeurs semblaient apparaître soudainement au beau milieu de sa propriété. Quand un corps s’écroulait définitivement sans vie sur ses terres alors deux autres surgissait derrière ceux qui se dirigeaient déjà dans sa direction. Otis passait alors ses mains sur son visage inspirant profondément. Il comprenait qu’elle ne connaissait pas toute la vérité sur l’histoire. Les éléments du puzzle s’imbriquaient alors les uns avec les autres dans son esprit. Il comprenait l’absence de corps ainsi que de trace de sang humain. « Je suis revenu… » Soufflait-il d’une voix tremblante et hésitante. Dans sa vie, jamais Otis ne s’était exprimé de la sorte. « Je suis revenu, Selyse » répétait-il une seconde fois après un léger moment de silence. Cette fois sa voix retrouvait son assurance naturelle alors qu’il restait immobile au milieu de la pièce. Il clignait des yeux revoyant les images de sa propriété après le passage de la horde. Les corps sans vies dont la boite crânienne était à moitié explosée. Les traces de fluides corporels de ces saloperies et les derniers se retournant dans sa direction. L’écume aux lèvres cherchant à se faire un peu de viande fraîche.

« Pour toi… » Soufflait-il a nouveau d’une voix tremblante. A l’heure actuelle, le brun était tout aussi perdu que Selyse. Il voyait dans ses yeux qu’elle ne lui faisait plus confiance et il regrettait ses actes. Otis n’avait pourtant pas eu le choix. Comment veiller sur elle après avoir rejoint les rangs de ses saloperies ? Il avait essayait de veiller sur la jeune femme pendant ses longues semaines au cœur de sa ferme. La jeune femme avait définitivement fini par être importante dans la vie du loup solitaire pendant ses longues semaines. Pourquoi être rester avec elle si longtemps si elle n’était pas véritablement devenu importante a ses yeux ? Le loup solitaire. L’homme un peu rustre et bourru. Pourquoi ? Il n’y avait pas d’autres explications. « Je suis revenu pour toi, Selyse.» s’exprimait-il finalement dans son ton si caractéristique. Il s’essayait un nouveau pas lent vers l’avant baissant légèrement ses mains pour ne plus paraître sur la défensive. Otis voulait regagner sa confiance afin qu’elle écoute ses paroles. « J’ai pas eu le choix. Ils étaient trop nombreux… » S’exprimait-il une seconde fois avant que sa voix ne se brise légèrement sur la fin de sa phrase. Rarement, il laissait apparaître ses émotions comme ce soir. « J’ai essayer… Putain de bon dieu que j’ai essayer Selyse… J’ai pas réussi mais mort j’aurais pas réussi non plus… » Soufflait-il d’une voix tremblante. Il baissait alors la tête fixant ses pieds expirant profondément avant de relever la tête et plonger son regard dans le sien « Y'avait plus rien »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Selyse E. Mitchell

MESSAGES : 51
ARRIVÉ : 15/11/2015


MessageSujet: Re: Retrouvailles - Otys & Selyse Lun 30 Nov 2015 - 15:45



Selyse & Otys
Retrouvailles

Respire. Réfléchis. Avance sans t’arrêter. La jeune femme se le répétait sans cesse dans sa tête, sans cesse. C’était la première fois depuis longtemps qu’elle ne s’était pas arrêtée. C’était la première fois qu’elle n’allait plus avancer seule. Il fallait qu’elle soit forte. Il ne fallait pas qu’elle cède à la facilité d’être auprès de lui. Aimer, s’attacher, c’était la clé de la peur dans ce monde. Avoir peur pour soi même quand on n’a rien à perdre, c’est inutile. Être avec une personne était une faiblesse. Elle se le répétait sans cesse. Elle avait passé trop de temps toute seule. Elle était devenue trop « sauvage ». La présence humaine l’exaspérait. Elle était devenue peut-être trop pragmatique pour certaines personnes. Son regard, cependant, ne quittait pas cet homme en face d’elle. Elle ne pouvait pas. C’était impossible. Il semblait aussi perdu qu’elle. Quand il prononça les mots, « Je suis revenu », Selyse resta stupéfaite. Elle fronça les sourcils pour réfléchir à cette alternative qu’elle n’avait pas imaginée. Elle cligna plusieurs fois des yeux tout en essayant de comprendre les mots qu’elle venait de comprendre. Elle savait ce que ça voulait dire… Mais elle ne savait pas ce que portait l’importance de ces mots et comment elle devait traiter cette information. C’était elle qui ne l’avait pas attendu au final. C’était elle qui était partie. Au final, c’était elle qui s’enfuyait tout le temps. Non, elle ne pouvait pas… Il répéta ses mots qui la touchèrent encore plus. Sa main se mit sur sa bouche pour retenir sa respiration. Il finit sa phrase. Pourtant, elle était là paralysée. Ce serait une erreur. La jeune femme le savait. Aimer est une faiblesse. Elle ne voulait pas craquer. Il ne le fallait pas.

Elle était attentive à ses mots. Elle l’écoutait comme un serpent qui se faisait ensorceler pour danser aux sons de la musique. Elle voulait le croire. Mais, son instinct ne voulait pas. Il était totalement réfractaire à ce que son cœur ressentait. C’était tellement bouleversant qu’elle était perdue…. Réellement perdu. Il y avait pas plus à dire. Il répéta encore une fois qu’il était revenu pour elle. La prononciation de son prénom l’amadouait. Il fit un pas vers elle sans qu’elle ne bouge. Il y avait une lutte à l’intérieur d’elle-même. Si elle lui tirait dessus, tout serait fini ? Elle serait libre. Libre de ne plus aimer personne, libre de la peur qui s’immisçait à nouveau en elle petit à petit comme du venin ou un poison. Elle ferma un instant ses yeux pour réfléchir, mais c’était impossible. Ils étaient trop nombreux. Il avait raison. Aurait-elle voulu qu’il meure pour elle ? C’était ça la question aussi. La réponse était si évidente : Non. Ils étaient sur la même longueur d’onde. Ils venaient de résumer ce qu’elle venait de penser. Il n’aurait pas pu. Sa dernière phrase réagit comme un électrochoc. Elle n’était plus là. Elle n’avait rien laissé de ses affaires de survies. Elle était partie ne croyant pas en cet homme. Cela avait été plus facile pour elle. Elle ne devait pas croire en lui. C’était tellement plus simple. Elle murmura son prénom.

« Otys… »

Un moment de silence reprit. Elle ne savait plus comment réagir. La seule envie qui la parcourait était de se rapprocher de lui pour aller dans ses bras. C’était son ami, son confident… Son amour secret. Elle ne voulait pas le fuir… C’était une chance de l’avoir recroisé. Elle fit un pas en avant vers lui avant de s’arrêter. Son regard était encré dans le sien. Pourtant, elle ne pouvait pas s’approcher de lui. Elle avait trop peur d’être comme Icare et de brûler les ailes en s’approchant trop près du soleil.

« Je suis partie… Je ne pensais pas que tu reviendrais. »

Selyse s’était enfuie. Elle recula de nouveau d’un pas. La peur la submergeait légèrement. Il ne la connaissait pas. Il ne savait pas qui elle était. Son regard durcit.

« Je suis plus la même… Je n’ai pas envie d’être conciliante et suivre les ordres…. J’ai… fait des choses horribles pour survivre. Je… Je suis plus la même. »

Ces mots sortirent de sa bouche comme une intense révélation. Elle ne pouvait plus changer ce qu’elle avait fait durant ses années de survies. Elle ne pouvait qu’assumer le fait qu’elle était partie.  



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Otis L. Harper

MESSAGES : 171
ARRIVÉ : 02/11/2015


MessageSujet: Re: Retrouvailles - Otys & Selyse Dim 20 Déc 2015 - 11:57

Dans un murmure, la blonde prononçait son prénom au travers des craquements du feu. A l’instant même où son prénom sortait de la bouche de Selyse, un sourire s’affichait sur le visage du sudiste. Elle avait toujours eu ce don pour lui faire apparaître un sourire au coin des lèvres et aujourd’hui n’était pas une exception. Il ne voulait qu’une seule et simple chose a l’instant précis. Qu’elle se glisse dans ses bras où elle pourrait y laisser pendant quelques instants toutes ces horribles choses dont il avait voulu la protéger depuis le premier jour de l’épidémie. Ses yeux se rivait néanmoins sur l’arme qu’elle tenait toujours entre ses mains. Cette arme qui le contrôlait comme jamais personne n’avait réussi a maîtrisé ses mouvements. Il était sous son contrôle depuis le moment où il avait mis un pied sur le plancher de la chambre. Quelle stupide idée ! Il y aurait y avoir n’importe qui derrière cette porte ! Otis s’en voulait. Il s’en voulait d’avoir été aussi imprudent mais son instinct… Il avait ressenti quelque chose lui indiquant qu’il n’avait pas besoin d’assurer ses arrières.

Son cœur se brisait dans son mouvement de recul. Sauvage. Elle était devenue sauvage et sur son visage. Otis n’arrivait plus à y voir cette Selyse qu’il avait connu dans sa ferme. Cette blonde avec qui il avait partager sa survie. Cette petite blonde qui était devenue la personne la plus importante de sa vie a partir du moment où le monde a commencé à partir en couille. Il baissait les yeux et inspirait profondément laissant ses mains s’enfoncer dans les poches de son jean. Il haussait les épaules et soufflait « Alors, je resterais là jusqu’au moment où tu redeviendras celle que j’ai connu. » Il détournait alors le regard sur la pièce autour de lui gardant néanmoins la blonde dans son champ de vision. Un léger sifflement sorti entre ses lèvres laissant alors Dixie apparaître dans le coin de la porte en couinant légèrement. Un sourire au lèvre, il s’adressait a elle dans un geste comme si il s’adressait a un homme. Il désignait alors Selyse du coin de la tête. Un geste tellement humain qu’il semblait lui dire regarde qui je viens de retrouver. Otis posait alors une nouvelle fois ses yeux sur la blonde acculée dans un coin. « Je t’abandonnerais pas une seconde fois. J'en ai marre de courir avec un fantôme par dessus l'épaule. » ajoutait-il en tournant le dos à la jeune femme. « Cette Selyse dont j’ai pris soin. Celle qui a pris soin de moi. Surtout celle que j’ai appris à aimer… Je sais qu’elle se cache quelque part dans cette putain de pièce » ajoutait-il en détournant légèrement la tête dans sa direction.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Selyse E. Mitchell

MESSAGES : 51
ARRIVÉ : 15/11/2015


MessageSujet: Re: Retrouvailles - Otys & Selyse Dim 10 Jan 2016 - 7:13



Selyse & Otys
Retrouvailles

La jeune femme avait envie de voir une horloge reculait pour lui donner l’impression que le temps pouvait revenir en arrière et remonter dans le temps. Comme ça, elle serait encore dans cette ferme avec lui avant que tout lui arrive. Avant qu’elle ne change pour devenir la personne qu’elle était devenue. Il ne voulait pas l’accepter comme ça. Elle pouvait le voir dans son regard. C’était plus la même chose. Elle se rappelait d’une soirée où il était tous les deux sous le porche. En train de boire une bière qu’elle avait ramenée du bar, il avait passé la nuit à parler ensemble. Elle se souvenait de sa chienne qu’il avait auprès de lui. Son sourire, il avait le même à la prononciation de son prénom qu’elle avait murmuré. Ils avaient été tellement bien dans leur cocon. Tout s’était tellement bien passé. Il avait fallu que le chaos les sépare. Il avait pris des chemins différents. Avait-il changé ? Elle ne savait pas. Elle le regardait toujours son arme à la main. Sa réponse la surprit. Comment pouvait-il savoir de cette femme ? Selyse ne savait pas si elle existait longtemps. Son regard l’avait quitté. Elle sursauta en l’entendant siffler. Elle vit Dixie apparaître dans la pièce. Elle se sentait pousser et oppressée pour une raison inconnue. Elle avait envie de lâcher son arme et d’aller dans ses bras et de caresser cette chienne qui était formidable. Pourtant, elle se retenait la peur ? Oui, ça devait être ça. Même les plus sages changeaient dans ce chaos sans nom.

Pourtant, elle n’avait pas envie de se rapprocher de lui. Ses bras serraient une source de délivrance de ne pas être toute seule pourtant… Ce n’était pas le cas. Elle n’avait pas envie de fuir. Elle n’avait pas envie de rester. C’était si complexe ce que Selyse ressentait. Ses yeux restaient indéchiffrables. Elle était tellement perdue dans le labyrinthe de ses sentiments qu’elle avait du mal à retrouver la sortie. Il était prêt à attendre le temps que son côté innocent revienne. La jeune femme l’avait poignardé, torturé et tué pour sa survie. Peut-être que cette partie qu’il attendait pourrait renaitre un jour de ses cendres tel un phoenix ? Il y avait de fortes probabilités que cela n’arrive jamais. Elle ne voulait pas se faire des idées sur le fait qu’il avait appris à l’aimer… Cela pouvait être un amour fraternel, amical… Cela n’était peut-être réciproque à ses sentiments. Elle reprit la parole pour échapper au mutisme qui la maintenait sur place. Il avait fait arrêter le temps. Le remonter était impossible. Ce fait était sûr.

« Je n’arriverais pas à revenir comme celle d’avant. Je ne pourrais pas oublier… Tu m’en demandes trop… »

C’était impossible pour elle de pouvoir redevenir l’ancienne barman qui était encore au début de l’histoire. C’était une chose impossible. Il pouvait garder de l’espoir. Cela arriverait peut-être. Tout était si confus pour elle. La fatigue enivrait sa personne l’empêchant de penser correctement. Elle finit par soupirer.

« Otys… Tu m’as manqué… Je ne peux pas le nier… J’ai toujours pensé à toi dans les moments le plus durs… Mais je… Je ne peux pas. J’ai trop peur… »

La peur, c’était sa la plus grande maladie de ce monde qui pousse un humain à faire des choses incomparables. La jeune femme avait juste peur de perdre Otys une deuxième fois. Elle avait peur d’être trahie par sa personne. Elle s’était coupée du monde extérieur pour cette raison. Elle ne voulait pas être faible. Avancer, c’était sa devise. S’il partait en la laissant là, cela serait la même chose… Quoi que non, elle aurait pris sa décision. C’était si complexe.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO THE HELL
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Retrouvailles - Otys & Selyse


Revenir en haut Aller en bas
 

Retrouvailles - Otys & Selyse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dancing With The Dead :: † APOCALYPSE WORLD † :: Ailleurs-